Né le 25 octobre 1922 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé comme otage le 22 octobre 1941 à Nantes ; étudiant ; résistant gaulliste.

Fils de Pierre Glou, négociant en vins, et de Marie Louise Obéniche, Jean-Pierre Glou avait perdu sa mère jeune et fut élevé par sa grand-mère et la nouvelle femme de son père, Jeannette. Il fit ses études secondaires à l’École Saint-Joseph du Loquidy à Nantes. Titulaire de la première partie du baccalauréat à 15 ans et demi, il entra comme étudiant à l’École polytechnique de l’Ouest dans la section des Travaux publics. A l’approche de l’armée allemande, il gagna le Midi de la France avec l’intention de se rendre à Dakar. A la demande de son père, il revint à Nantes poursuivre ses études. Célibataire,iI entra alors dans le groupe de résistance Vandernotte avec Michel Dabat, Frédéric Creusé et Jean Grolleau et dans le groupe commandé par Mademoiselle Henriette Le Belzic qui collectait des renseignements sur les déplacements ferroviaires et maritimes des troupes allemandes à Nantes. Il aidait à l’évasion des prisonniers de guerre de Châteaubriant et de Savenay et à la fabrique de fausses cartes d’identité.
Le 12 mai 1941, il fut arrêté à Nantes par l’Abwehr pour « trafic de lettres, non-déposition de tracts germanophobes ». Lors de son interpellation, il était porteur d’une lettre adressée en zone libre.
Incarcéré à la prison Lafayette de Nantes, il fut jugé par le tribunal militaire allemand FK 518 de Nantes qui, faute de preuves, le condamna à six semaines de prison. Néanmoins, Jean-Pierre Glou fut désigné comme otage par les autorités allemandes, qui le maintinrent en détention et le fusillèrent comme tel le mercredi 22 octobre 1941 à 17h au champ de tir du Bêle, à Nantes, en représailles à la mort à Nantes du lieutenant-colonel Karl Hotz.
Ce sont 48 otages, 5 au Mont-Valérien, 27 à la carrière de la Sablière à Châteaubriant et 16 à Nantes, dont trois membres de son groupe, Michel Dabat, Frédéric Creusé , Jean Grolleau qui tombèrent sous les balles allemandes.
Son nom figure sur la plaque commémorative des fusillés et sur celle des cinquante otages, à Nantes, ainsi que sur la stèle commémorative de Saint-Julien-de-Concelles, commune où il avait été inhumé anonymement.
Dernière lettre, 22 octobre 1941
 
Mon cher petit Papa,
Ma chère Jeannette,
 
Quand cette dernière lettre te parviendra, ton fils chéri aura rejoint sa mère, ses dernières pensées seront pour toi et pour Jeannette et les deux petites, qui grandiront, je l’espère, en ignorant les affres de la guerre.
Je te demande pardon pour toutes les fautes que j’ai pu commettre envers toi et ma pauvre grand’mère. Tu lui annonceras bien doucement que son petit-fils, qui l’a beaucoup aimée, pense à elle à ses derniers instants.
Je lègue tout ce qui peut m’appartenir à toi, je sais que tu sauras en faire le meilleur usage que quiconque.
Avant de passer, je demande pardon à Dieu de toutes mes fautes et lui offre ma vie pour que tu sois heureux avec Jeannette longtemps encore, ainsi que Jeannie et Jacqueline, pour que plus tard elles soient des jeunes filles, puis des femmes modèles.
Cette épreuve sera dure pour vous tous, et pour toi, qui m’aimait tant.
Je te demanderai une dernière chose, celle de faire dire des messes, pour le repos de mon âme et pour que Dieu me pardonne toutes mes fautes, pour que, bientôt, je puisse goûter aux joies éternelles dans son Paradis.
Je prierai pour toi, mon petit père, et je m’acquitterai ainsi de la grande dette de reconnaissance que je te dois pour l’éducation et les soins que tu m’as prodigués depuis toujours.
Je prie Dieu pour qu’il donne à grand’rnère, qui m’a élevé de toute son âme, le courage de supporter cette dernière épreuve et je lui demande de reporter sur les deux petites l’affection qu’elle avait pour moi.
Je voudrais que tu dises mon dernier bonjour à tous mes camarades d’école et de sport.
C’est l’âme en paix avec Dieu que je quitte cette terre, j’offre ma vie pour tous, pour notre famille, pour la France, pour qu’elle redevienne florissante et calme comme aux beaux jours.
Gros baisers à toute la famille, tonton Georges, Auguste, leurs femmes et leurs enfants.
Je te demanderai mon petit père d’aller voir la petite Ginette, tu lui diras mon affection. Je forme des vœux pour qu’elle soit heureuse toute sa vie.
Je pardonne à tous ceux qui m’ont fait quelque tort.
Vive la France
Que la volonté de Dieu soit faite
Votre fils qui vous aime.
Jean-Pierre

L’exécution des 50 otages provoqua à Nantes la stupéfaction ; neuf hommes et femmes se proposèrent comme otages en remplacement, dont le maire de Nantes Gaëtan Rondeau, le commissaire central Lemoine, les abbés Chauvat et Py, le résistant Henri Adam, Mlle Landois et Benoit, Mme Matou et l’ancien combattant Bodard de la Jacobière. Certains avaient offert leur vie le mardi 21, d’autres après l’exécution en vue de sauver les 50 autres en péril, en effet le nombre de cent avait été exigé par Hitler. Cette menace s’accompagnait de la destruction d’un quartier de Nantes. Son père Pierre Glou prit l’initiative d’une pétition demandant aux autorités allemandes pour les 50 autres otages, une grâce qui avait été refusée aux leurs ; une quinzaine de parents signa. Il organisa des visites clandestines aux trois cimetières de Saint-Julien, Basse et Haute-Goulaine où avaient été inhumés les 16 otages. Il eut beaucoup de mal à obtenir des Allemands la remise des lettres d’adieu ainsi que leurs effets personnels. Dans le cadre de ses protestations contre la présentation des otages comme des condamnés de droit commun, il envoya la biographie des fusillés au maréchal Pétain, courrier qui resta sans réponse. Il collecta des secours pour venir en aide aux familles devenues nécessiteuses, aidé par le maire de Nantes. Ces actions provoquèrent son arrestation par la Gestapo et son internement au camp de détention du fort de Romainville du 24 mars 1942 au 5 février 1943.
_ _
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – A. Perraud-Charmantier La guerre en Bretagne. Récits et portraits tome 1, Aux portes du large, 1947 . — Mémorial GenWeb.

Julien Lucchini, Annie Pennetier

Version imprimable