Né le 10 décembre 1908 à Lille (Nord), fusillé comme otage le 15 décembre 1941 à Caen (Calvados) ; miroitier, menuisier ; militant communiste à Paris.

Miroitier puis menuisier aux établissements Kelner et Bechreau à Boulogne-Billancourt, domicilié à Paris, Octave Lamand fut arrêté à son domicile par la police française le 15 juillet 1941 pour « activités communistes ». Inculpé d’infraction au décret du 26 septembre 1938, il était accusé de procéder dans son atelier à des distributions de tracts clandestins et de transmission verbale de mots d’ordre. Condamné le 27 août 1941 à une peine de quinze ans de travaux forcés par la Section spéciale près de la cour d’appel de Paris, il fut incarcéré à la prison de Fresnes, puis à la maison centrale de Caen.
Il fut désigné le 13 décembre par le Militäbefehlshaber in Frankreich pour être fusillé avec quatre-vingt-quatorze autres otages de la Zone nord.
Le 15 décembre, il a été fusillé par un peloton d’exécution allemand, avec douze de ses camarades dont Lucien Sampaix, dans l’enceinte de la caserne du 43e Régiment d’artillerie de Caen.
Une plaque en hommage à Octave Lamand, Hermann Schipke et Ramond Ballet a été dévoilée le samedi 15 décembre 2018 au 35 de la rue Traversière (XIIe arr. de Paris).
Sources

SOURCES : Arch. PPo, 77W0062. – J. Quellien (sous la dir.), Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, op. cit. – Notes Gilles Morin.

Jean Quellien

Version imprimable