Né le 7 février 1906 à Saint-Amand-Montrond (Cher), fusillé le 7 octobre 1943 à Bourges (Cher) ; résistant.

Georges Rollin
Georges Rollin
Musée de la Résistance du Cher
Fils d’un journalier, Georges Rollin était marié, père de trois enfants et domicilié cour Froment à Saint-Amand-Montrond. Membre du réseau Action R6 de Libération-Sud de Saint-Amand et Sancoins, Georges Rollin fut arrêté après les parachutages de juillet 1943. Condamné à mort par le tribunal allemand FK 776 de Bourges, il a été fusillé le 7 octobre 1943 à Montifaut, polygone de Bourges, avec ses huit camarades. (Voir Fernand Duruisseau.) Il fut inhumé au cimetière Saint-Lazare, fosse 8.
Seuls les deux gendarmes résistants mêlés à l’affaire bénéficièrent d’un sursis d’exécution après leur condamnation à mort. Son nom figure sur la stèle des fusillés de Montifaut et sur le monument aux morts de Saint-Amand-Montrond.
Son fils Michel, né le 8 février 1934, était membre de l’Association des familles de fusillés.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 4, B VII (Notes Thomas Pouty). – Notes Maurice Renaudat. – Musée de la Résistance du Cher (Bourges). – Musée de la Résistance nationale, fichier de l’Association des familles de fusillés. – Mémorial GenWeb.

Claude Pennetier

Version imprimable