Né le 27 décembre 1925 à Charenton-le-Pont (Seine, Val-de-Marne), fusillé le 20 mai 1944 à Bourges (Cher) ; maçon.

Fils d’Alexandre Moreau et de Solange Julien , mariniers , Alexandre Moreau , célibataire, était domicilié à Marseilles-lès-Aubigny (Cher). Il fut arrêté par la gendarmerie française le 21 mars 1944 et accusé de « vol et attentat » pour le compte de la Résistance. Il fut condamné à mort par le tribunal allemand FK 776 de Bourges le 11 mai 1944 et fusillé le 20 mai 1944 à Montifaut, polygone (champ de tir) de Bourges. Il fut inhumé au cimetière Saint-Lazare. Il avait dix-neuf ans.
Le cas de deux autres fusillés du même jour, Gaston Roy et Pierre Martinet, arrêtés dans le même secteur, la vallée de l’Aubois, semble lié. Le dossier de la DAVCC donne une autre version : « Appartenait à une bande qui se livrait en bande à des attaques de particuliers pour leur voler leurs biens. Il était recherché pour ces faits par la gendarmerie française. » Il semble que ces vols étaient réalisés au profit de la Résistance.
Son corps fit partie des treize cadavres inhumés dans un terrain vague des Bigarelles. Sa mère, veuve d’Yves Moreau, femme de ménage à Marseilles-les-Aubigny reconnut le cadavre n°2 (1 m 60, cheveux bruns...) ; la lettre d’adieu lui fut remise.
Condamné pour « actes de franc-tireur » il n’a pas été reconnu Interné Politique (IP) ni Interné Résistant (IR). La mention « Mort pour la France » lui a même été retirée.
Son nom figure sur la plaque commémorative "aux fusillés de Montifaut" et un panneau sur la RN142 commémore l’exécution en ce lieu de quarante et une personnes, d’avril 1942 à juillet 1944.
Sources

SOURCES : DAVCC Caen (notes Thomas Pouty). — Arch. Dép. Cher, 1 W 362. - Notes de Maurice Renaudat. — État civil.

Annie Pennetier

Version imprimable