Né le 29 septembre 1922 à Saint-Nicolas-de-Port (Meurthe-et-Moselle), fusillé le 20 mai 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; manœuvre ; résistant dans les FTPF.

Gilbert Bizé était réfractaire du Service du travail obligatoire (STO). Manœuvre au chômage, il demeurait chez son oncle 92 rue de la Villette à Paris (XIXe arr.). Il rejoignit les FTP au début février 1943, matricule 4118, puis 35, pseudonyme Zoro.
Arrêté le 1er février 1944 par des policiers de la BS2, il portait sur lui un pistolet calibre 6,35 mm, cinq chargeurs de mitraillettes, des cartouches, une fausse carte d’identité et des papillons portant le sigle FTP.
Interrogé dans les locaux de la BS2 à la préfecture de police, il déclara qu’il ne participa qu’à une seule opération, un vol de bicyclettes devant le château de Vincennes. Il expliqua qu’il avait été coupé de l’organisation et qu’il reprit contact par l’intermédiaire de son oncle.
Le 27 septembre 1943 une agression était commise à Poitiers contre le docteur Michel Guérin, président départemental du PPF de la Vienne, qui ne survécut pas à ses blessures. Gilbert Bizé et Raymond Loreau récupérèrent les armes entreposées au domicile d’un militant impliqué dans cette action.
Incarcéré à Fresnes depuis le 8 février 1944, il comparut le 12 mai devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.), en compagnie de Fernand Palin, André Cayron, René Lanet, Jean Fournier, Raymond Loreau et Robert Bonnet. Tous furent condamnés à mort, Gilbert Bizé pour actes de franc-tireur.
Il fut passé par les armes le 20 mai 1944. Son corps fut restitué à sa famille le 9 octobre 1947. Il fut reconnu comme FTP et son nom figure sur le monument aux morts de Saint-Nicolas-de-Port, sa ville natale.
Sources

SOURCES : Arch. PPo., BA 2117, PCF carton 8, carton 16 rapports hebdomadaires sur l’activité communiste pendant l’Occupation. – DAVCC, Caen, Boîte 5 (Notes Thomas Pouty). – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb.

Daniel Grason

Version imprimable