Né le 7 novembre 1919 à Paris, fusillé le 10 mars 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; cordonnier, commis aux Halles ; résistant, membre des FTPF.

Maurice Charpentier demeurait 68 rue Manin à Paris (XIXe arr.). Pendant la guerre, il rejoignit les FTP. Il participa à une action arme au poing contre le docteur Paul Guérin, membre du PPF de Doriot. Il présidait le Groupement sanitaire français qui, selon Le Petit Parisien, regroupait environ deux mille médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, auxiliaires médicaux, infirmières, assistantes sociales, sages-femmes et paramédicaux. Il tenait la chronique médicale dans le journal collaborationniste et antisémite Je suis partout.
Le 27 septembre 1943 vers 9 heures, le docteur Guérin déposait son courrier à la poste de la rue de Courty (VIIe arr.). Trois FTP tirèrent sur lui ; une balle toucha l’artère du bras droit. Les trois hommes prirent aussitôt la fuite. Un automobiliste véhicula deux gardiens de la paix et deux FTP furent rattrapés rue Saint-Guillaume. Les policiers tirèrent. Maurice Charpentier et Louis Furmanek, touchés, furent hospitalisés à la Pitié, le premier était porteur d’un revolver à barillet 8 mm.
Incarcéré à Fresnes, le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.) le condamna à mort le 29 février 1944 pour « actes de franc-tireur ». Il fut passé par les armes ainsi que Louis Furmanek le 10 mars 1944 au Mont-Valérien. Son inhumation eut lieu dans le carré des corps restitués au cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne).
Sources

SOURCES : Arch. PPo., BA 1748, BA 2117, PCF carton 15 rapports hebdomadaires sur l’activité communiste pendant l’Occupation. – DAVCC, Caen, Boîte 5 B VIII dossier 5 (Notes Thomas Pouty). – Le Petit Parisien, 30 septembre 1942. – Le Matin, 28 septembre 1943. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb.

Daniel Grason

Version imprimable