Né le 3 novembre 1925 à Saint-Nicolas-du-Pélem (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), fusillé le 8 juin 1944 à Rennes (Ille-et-Vilaine) ; journalier agricole ; membre des FTPF.

Léon Le Champion était le fils d’Yves, Marie Le Champion, laboureur, et d’Élisa, Marie Le Provost, ménagère. Son père fut décoré de la Médaille militaire et Croix de guerre 1914-1918.
Engagé dans les FTP, Léon Le Champion fut arrêté le 16 mai 1944 par les Allemands dans la rafle entreprise dans le secteur de Saint-Nicolas-du-Pélem à laquelle participèrent des miliciens bretons et au cours de laquelle trente-six personnes furent arrêtées. Les conséquences de cette rafle furent terribles : six déportés périrent en camp de concentration en Allemagne et deux résistants furent fusillés.
Le 7 juin 1944, Léon Le Champion fut condamné à la peine de mort par un tribunal allemand et fusillé le lendemain à la caserne du Colombier à Rennes avec trente et un autres camarades dont huit Républicains espagnols. Léon Le Champion avait dix-neuf ans.
Son nom écrit Champion figure sur Le monument du Colombier à Rennes et sur Le monument 1939-1945, place du centre en Saint-Nicolas-du-Pélem.
La mention « fusillé par les autorités d’occupation » figure sur son acte de naissance.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes-d’Armor, 2W88, 1045W50. – Françoise Morvan, Miliciens contre maquisards, Éd. Ouest France, 2010. – Louis Pichouron, Mémoire d’un partisan breton, Presses universitaires de Bretagne, 1969. – Alain Prigent, Serge Tilly, « Les fusillés et les décapités dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 12, 2011. – État civil précisé par la mairie de Saint-Nicolas-du-Pélem.

Alain Prigent, Renée Thouanel, Serge Tilly

Version imprimable