Né le 25 août 1888 à Fossano (Italie), fusillé comme otage le 11 août 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; monteur en chauffage central.

Fils de Joseph et d’Antonia, née Verdoja, Louis Savattero était marié, séparé, père de deux enfants de vingt et un et dix-sept ans. Il vivait 19 rue d’Orsel à Paris (XVIIIe arr.). Frère d’Antoine Savattero et Dominique Savattero, il fut arrêté le 7 août 1942 en vertu de l’ordonnance du commandant supérieur de la police et des SS du 10 juillet 1942.
Interné au dépôt de la préfecture de police, il fut incarcéré le 10 août au fort de Romainville. Le lendemain, 11 août, quatre-vingt-huit otages, dont Louis Savattero, ont été fusillés au Mont-Valérien.
Louis Savattero fut passé par les armes à 11 h 05 au Mont-Valérien, une demi-heure après son frère Antoine. Leurs corps furent incinérés au Père-Lachaise, puis leurs cendres inhumées le 29 août.
Leur frère Dominique Savattero (1895-1943), qui dirigea de 1935 à 1939 le centre municipal de santé de Montreuil (Seine, Seine-Saint-Denis), fut interné politique et déporté en Allemagne à Brandebourg-sur-Havel, où il fut exécuté le 23 février1943.
Sources

SOURCES : Arch. PPo., BA 2117, 77W 1725. – DAVCC, Caen, B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – S. Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit.Le Matin, 11 août 1942. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Site Internet CDJC.

Daniel Grason

Version imprimable