Né le 24 mars 1901 à Carrières-sous-Poissy (Seine-et-Oise, Yvelines), fusillé le 31 juillet 1942 au champ de tir de Biard près de Poitiers (Vienne) ; ouvrier, résistant.

Fils d’un cantonnier de la ville de Paris, André Georges, marié, résidait à Argenteuil (Seine-et-Oise, Val-d’Oise). Ouvrier à l’usine Rocher à Cenon (Vienne), il fut arrêté à Châtellerault (Vienne) pour activités résistantes puis interné à la prison de la Pierre-Levée (Poitiers, Vienne). Il fut condamné à mort par le tribunal allemand de Poitiers (FK 677) le 11 juillet 1942. Il a été fusillé sur le champ de tir de Biard le 31 juillet 1942.
Georges André fut inscrit sur le monument commémorant les cent vingt-huit fusillés sur le champ de tir de Biard, inauguré le 8 mai 1949.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen. – ONACVG de la Vienne, Au nom de la Résistance, hommage aux 128 fusillés, coll. Centre régional « Résistance & Liberté » et MIMC Office national des anciens combattants Vienne, Poitiers, 2013.

Virginie Daudin

Version imprimable