Né le 23 septembre 1896 à Le Tartre (Saône-et-Loire), fusillé comme otage à Clairvaux (Aube) le 13 janvier 1942 ; menuisier aux Ateliers de chemins de fer de Dijon (Côte-d’Or) ; résistant.

Constant Petitjean
Constant Petitjean
Fils de Claude Marie Petitjean et de Marie Victorine Donguy ou Dariguy, cultivateurs, Constant Petitjean, menuisier domicilié à Dijon, s’était marié le 10 février 1921 à Saillenard (Saône-et-Loire) avec Marie Louise Dumont et était père d’un enfant.
Ancien combattant de 1914-1918, il s’était engagé comme sapeur pompier professionnel au corps de Dijon le 23 avril 1922.
Il fut arrêté le 9 juillet 1941 aux Ateliers de Dijon par la police française, accusé de « menées communistes » et soupçonné de participation à la lutte armée. Constant Petitjean fut condamné à cinq ans de travaux forcés le 17 septembre 1941, par la Section spéciale de Dijon, pour détention de tracts communistes.
Il sortit de la prison de Dijon le 13 octobre 1941 pour la prison centrale de Clairvaux où il a été fusillé comme otage le 13 janvier 1942 avec Jules Frot.
Mort pour la France, Constant Petitjean obtint le titre d’Interné résistant et fut homologué dans les FFI.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII (Notes Thomas Pouty). – CRDP Reims. – État civil. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 472146 et Caen SHD/ AC 21 P 659061 et AC 21 P 128314 (nc). — Notice complétée par Dominique Tantin (mars 2021).

Iconographie
MémorialGenWeb

Claude Pennetier

Version imprimable