Né le 29 juillet 1913 à Paris (XIIIe arr.), fusillé le 9 mai 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; tourneur sur métaux ; résistant gaulliste.

Élevé à Bonnières où il participa à la vie sportive, Marcel Aupée était marié, père d’un enfant. La famille demeurait 64 rue d’Anjou à Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine). Il avait conçu le projet de rejoindre l’Angleterre. Un ingénieur qui recrutait des volontaires pour la France libre fut arrêté à la ligne de démarcation avec une liste contenant le nom de Marcel Aupée. Arrêté le 18 novembre 1941 à l’usine Renault par la police allemande pour « aide à l’ennemi, acte de résistance, gaullisme », il fut incarcéré à la prison de Fresnes.
Il comparut le 28 avril 1942 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas à Paris (VIIIe arr.). Marcel Aupée fut condamné à mort pour « aide à l’ennemi », puis passé par les armes le 9 mai 1942 au Mont-Valérien.
Reconnu Mort pour la France et Interné résistant (DIR, RIF), son nom figure sur les monuments aux morts de Chaville (Seine, Hauts-de-Seine) et de Bonnières (Yvelines) où il fut inhumé dans le carré militaire.
Dernière lettre adressée à sa femme
Le 9 mai 1942
Je l’ai su hier, Maman, Papa et ma petite fille, pour la dernière fois, mon recours en grâce a été rejeté, soyez très courageux, tout comme (illisible) et nous n’avons pas pu faire ce que l’on avait prévu, c’est que Dieu ne l’a pas voulu. Je vais partir pour le grand voyage, mais nous nous retrouverons tous. J’espère voir l’Aumônier tout à l’heure. Vous pourrez certainement disposer de mon corps, je demande à être enterré à Bonnières, je serai peut-être un peu loin de toi, mais si près pourtant.
Tu n’as jamais voulu y croire, évidemment c’est une dure réalité, enfin il faut se rendre à l’évidence, j’ai la permission d’écrire tant que je veux, et maintenant, je ne trouve pas de mots pour m’exprimer.
Sources

SOURCES : Arch. PPo., BA 2117, PCF carton 12 rapports hebdomadaires des Renseignements généraux. – SHD, Vincenes, GR 16 P 23335. — AVCC, Caen, B VIII dossier 3 Liste S 1744-249/42 (Notes Thomas Pouty). – Les fusillés de Bonnières Chaville et Vélizy. A la mémoire de 12 victimes du peloton d’exécution et du four crématoire, sd*. — Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. — EC : recherches infructueuses dans la table décennale et dans la table annuelle.

Jean-Pierre Besse, Daniel Grason

Version imprimable