Né le 4 mars 1924 à Larmor-Baden (Morbihan), fusillé le 19 mai 1944 à Besançon (Doubs) ; employé SNCF ; maquisard en Côte-d’Or.

Gilbert Le Berrigaud était le fils de Joseph Le Berrigaud et de Jeanne Nicolas. Il travailla comme pompier à Vannes (Morbihan). Pendant la guerre, il était employé au chemin de fer, domicilié à Is-sur-Tille (Côte-d’Or). Il appartenait au maquis de Foncegrive près de Selongey (Côte-d’Or) créé à l’origine par les Francs-tireurs et partisans (FTP) mais où vinrent se réfugier par la suite des survivants du groupe Tabou, dont le maquis à Pothières fut attaqué en novembre-décembre 1943, et du groupe Casse-Cou, lié aux services secrets britanniques. Le maquis de Foncegrive, installé dans une maison de chasse, fut attaqué le 21 avril 1944 à l’aube par la police française. Le chef, Félix Besson (Tonio), ancien des Brigades internationales, fut tué, et neuf maquisards furent arrêtés dont Gilbert Le Berrigaud.
Il fut condamné à mort le 19 mai 1944 par la cour martiale de la Milice et fusillé le soir même parmi huit exécutés à la Butte de Besançon, 5 rue Louis Pergaud.
Les huit fusillés sont : Jean Antonietti, Gilbert Le Berrigaud, Robert Greusard, Jean Durand, Georges Bertholino, Maurice Blaise, Marius Geley et Lucien Vannier.
Il repose au cimetière de Selongey (Côte-d’Or).
Il a été reconnu Mort pour la France le 14 novembre 2016.
Son nom est gravé sur le monument aux morts de Larmor-Baden, sur la stèle commémorative de Foncegrive, ainsi qu’à Besançon sur la stèle commémorative des fusillés 1939-1945 et sur la plaque commémorative de la maison d’arrêt en mémoire des fusillés du 19 mai 1944.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, 21P473781. – SHD Vincennes, GR 16 P 346198 et 28 P 2357 (non consulté) . — Bulletin municipal d’Is-sur-Tille, janvier 2004 (avec photographie de Gilbert Le Berrigaud). – Le Bien public de Dijon, mai 2009 et mai 2010. — MémorialGenweb.— État civil (acte de décès).

Jean-Pierre Besse

Version imprimable