Né le 6 mai 1908 à Caudecoste (Lot-et-Garonne), fusillé le 5 janvier 1944 à Toulouse (Haute-Garonne) ; coiffeur ; résistant, membre du Corps franc Pommiès (CFP).

Domicilié à Caudecoste, Raoul Rogale fut fait prisonnier en 1940 et rapatrié le 16 février 1941.
Il rejoignit en janvier 1943 le CFP rattaché à l’Organisation de Résistance de l’Armée (ORA), et appartenait au bataillon Estreguil. Selon une attestation signée par Gérard Estreguil, il avait recruté quatre-vingt-dix hommes à Caudecoste et dans les environs, participé au parachutage de Puymirol et assuré le transport d’armes dans le secteur Caudecoste, Fals, Layrac et Astaffort. Il avait également pris en charge un opérateur radio qu’il devait cacher et héberger avec un poste émetteur et récepteur chez lui.
Il fut arrêté le 18 octobre 1943 par la Sipo-SD d’Agen à Caudecoste, puis condamné à mort par un tribunal militaire allemand le 4 décembre 1943 comme « franc-tireur » et pour « avoir favorisé l’ennemi ». Il a été fusillé le 5 janvier 1944 à la prison Saint-Michel de Toulouse (Haute-Garonne) avec huit autres résistants lot-et-garonnais (Voir Couderc Ernest). Il a été fusillé à Toulouse ( Haute-Garonne ) et son corps fut découvert dans le charnier de Bordelongue (Toulouse, Haute-Garonne).
Il fut reconnu mort pour la France en juin 1945 et homologué, à titre posthume, lieutenant.
Une place de Caudecoste porte son nom. Celui-ci figure sur le monument aux morts de Caudecoste et parmi les vingt-sept gravés sur la stèle de Bordelongue à Toulouse. Il figure aussi sur le moniument du mémorial du Corps franc Pommiès à Castelnau-Magnoac (Hautes-Pyrénées).
Voir : Toulouse, prison Saint-Michel et charnier de Bordelongue (9 novembre 1943-18 avril 1944)
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, dossier 21 P 269 968. — La Dépêche, 17 janvier 1944. — Note d’André Balent.

Jean-Pierre Besse

Version imprimable