Né le 5 janvier 1906 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), fusillé le 4 février 1944 au stand de tir du Madrillet, Grand-Quevilly (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; docker ; volontaire des Brigades internationales ; résistant FTPF.

Marcel TOULOUZAN
Marcel TOULOUZAN
Photo UL cgt Le Havre
Fils d’un chauffeur, Marcel Toulouzan, docker, membre du Parti communiste, fut élu secrétaire du syndicat unitaire des marins du Havre en février 1930. Sans jouer un rôle de premier plan, il continua de militer jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. De 1936 à 1938, il s’engagea dans les Brigades internationales. Il était un membre influent de la CGT illégale en Seine-Inférieure pendant l’Occupation.
Il participa en tant que chef de groupe Francs-tireurs et partisans (FTP) au grenadage du cinéma Select du Havre, réservé à l’occupant, en novembre 1943.
Arrêté en 1943, il fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand de Rouen (FK 517) le 2 février 1944, puis fusillé le 4 février 1944 à Rouen au stand du Madrillet avec ses camarades Jean Delaunay et Robert Certain.
Sa femme, arrêtée dans la même affaire, résistante FTP, fut internée à Rouen puis à Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis), d’où elle partit pour Ravensbrück (Allemagne). Elle en revint en 1945. Marcel Toulouzan et sa femme avaient été dénoncés par une femme de leur groupe arrêtée précédemment.
Son nom figure sur une plaque au Havre et sur le monument du stand des fusillés de Grand Quevilly.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty et Jean-Pierre Besse). – Arch. Dép. Seine-Maritime, 51W428. – Arch. de l’Union départementale CGT de Seine-Maritime. – Hommage aux fusillés et aux massacrés de la Résistance en Seine-Maritime, 1940-1944, Association départementale des familles de fusillés de la Résistance de Seine-Maritime, 1994, avec notamment le concours de l’historien Claude-Paul Couture, Éd. EDIP, Saint-Étienne-du-Rouvray.— Marie Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre, histoire sociale culturelle et politique (1930-1983), publication des universités de Rouen et du Havre, 2009.— CGT du Havre, IHS de Seine-Maritime, Les Visages des martyrs, op. cit.

Jean-Paul Nicolas

Version imprimable