Né le 27 février 1908 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé le 26 juin 1944 au fort des Ayvelles (Ardennes) ; manœuvre à la SNCF ; résistant au sein du réseau Résistance-Fer.

Fils de Emmanuel Maisonneuve, tailleur, et de Lucile Clémence Le Méro, sans profession, Lucien Maisonneuve se maria le 21 octobre 1930 à Paris (XVe arr.) avec Marie Juliette Géorgin et eut deux enfants, René et Janine. Cheminot au dépôt d’Amagne-Lucquy, il fut membre de l’équipe Plan vert des Forces françaises de l’intérieur (FFI) des Ardennes.
Il fut arrêté, le 24 juin 1944, pour « détention d’armes et d’explosifs » avec trois de ses camarades (René Arnould, Georges Boillot, Robert Stadler) par la Feldgendarmerie de Rethel (Ardennes) ou par la Sipo-SD (selon les sources), après plusieurs sabotages sur voie ferrée aux mois de novembre 1943 et juin 1944.
Incarcéré à la prison de Charleville, il fut condamné à mort, le 26 juin 1944, par le tribunal militaire de Charleville (FK 684) et fusillé au fort des Ayvelles le jour même.
Son nom, ainsi que celui de ses camarades, sont inscrits sur la plaque commémorative 39-45 de la gare d’Amagne-Lucquy, ainsi que sur le Mémorial de Berthaucourt à Charleville-Mézières.
...............................................................
Dernière lettre
 
Ma petite femme chérie, mes enfants adorés,
 
Je vous dis adieu pour toujours, je vais mourir, pardonnez-moi la peine que je vous faite. René et Janine, aimez bien votre maman. J’ai communié avant de mourir et suis mort en chrétien. Priez pour moi sur terre, je prierai pour vous au ciel....
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Philippe Lecler, Ami, si tu tombes. La Résistance dans la région de Rethel 1940-1944, Langres, Éd. D. Guéniot, 2006. — État civil.

Philippe Lecler, Delphine Leneveu

Version imprimable