Né le 1er novembre 1924 à La Chapelle-Montmartin (Loir-et-Cher), exécuté sommairement le 12 juin 1944 à Maves (Loir-et-Cher). AS. FFI.

Fils d’Edmond Thion et de Marceline Resnau ; Gabriel Thion était présumé célibataire domicilié à Chabris ; engagé dans l’Armée Secrète (AS). Résistant FFI de l’Indre sous les ordres du capitaine Aumonier du 6 au 12 juin 1944, appartenant à l’Armée secrète, membre du maquis des Souches. , le dimanche 11 juin 1944 les maquis de la région de Dun-le-Poëlier sont attaqués par des centaines de soldats allemands et Gabriel Thion fut fait prisonnier le 11 juin 1944 aux Souches, près de Dun-le-Poëlier, puis emmené à Romorantin où il passa la nuit. Le 12 juin, il fut transféré au siège de la Gestapo à Blois (Loir-et-Cher) où il fut torturé, puis vers 21h, avec dix prisonniers incarcérés à Blois, ils furent amenés à Maves, à 16km de Blois, pour être fusillés en représailles de la mort de deux soldats allemands tués par la résistance : Gabriel Thion fut donc mitraillé le 12 juin vers 22h30, dans le bois des Vouzoirs, commune de Maves et abandonné sur place. Déclaration de décès le 14 juin ,de Joseph Montant, instituteur à Maves. Reconnu « Mort pour la France ». Son nom figure sur le panneau d’information installé sur la place du village de Dun-le-Poëlier, ainsi que sur la stèle érigée sur la route de Pontijou à Maves.

Sources

SOURCES : DAVCC, Caen. N°12 du registre des décès de Maves. — Combats des maquisards Indre été 1944, ANACR Indre 2012. — G. Guéguen-Dreyfus et B. Lehoux, Résistance Indre et vallée du Cher de 1972. — Note de Jean Luc Stiver.

Jean-Pierre Besse, Michel Gorand

Version imprimable