Né le 10 décembre 1914 au Grand-Quevilly (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), fusillé le 24 juillet 1942 à Arras (Pas-de-Calais) ; ouvrier d’usine ; militant communiste ; résistant au sein des FTPF.

Fils de Louis Vermaelen, chef d’équipe d’usine, et d’Eugénie Verboren, ménagère, Albert Vermaelen fut l’époux de Paule Langue, avec qui il se maria le 18 avril 1936 à Auxi-le-Château (Pas-de-Calais). Ils étaient domiciliés à Loison-sur-Lens avec leurs trois enfants. Albert Vermaelen recevait de Julien Leterme les rapports fournis par les responsables de secteurs et possédait une imprimerie clandestine.
Le 28 avril 1942 au matin, il reçut de Marcel Ledent, en gare de Wingles, trois grenades et un pistolet. Il fut arrêté par la brigade mobile de Lille (Nord) pour « communiste, sabotage, détention d’armes et fabrication de tracts, hébergement d’illégaux ».
Incarcéré à la maison d’arrêt Saint-Nicaise d’Arras, il fut condamné à mort trois fois par le tribunal (OFK 670) d’Arras le 8 juillet 1942. Albert Vermaelen a été fusillé le 24 juillet 1942 à 20 h 10 dans les fossés de la citadelle d’Arras.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 5022 et 51 J/6. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 213. – Mémorial des fusillés d’Arras. – État civil.

Raynald Daubresse, Christian Lescureux

Version imprimable