Né le 28 janvier 1923 à Fay-de-Bretagne (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé le 29 juin 1944 à Saint-Herblain-La Bouvardière (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; instituteur « libre » ; membre du maquis de Saffré.

Fils d’Émile Durand et Anne-Marie Guillon, cultivateurs, Georges Durand, célibataire, domicilié à Saint-Aubin-des-Châteaux (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fut réfractaire au Service du travail obligatoire (STO) et appartenait au maquis de Saffré.
Arrêté lors de l’attaque du maquis le 28 juin 1944 par la Wehrmacht pour « actes de franc-tireur », il fut condamné à mort par le tribunal militaire de Nantes (FK 518) le lendemain puis fusillé le jour même avec 26 résistants.
Il reçut à titre posthume la Croix de guerre avec étoile vermeil, la Médaille de la Résistance et fut cité à l’Ordre du corps d’armée.
Reconnu "Mort pour la France" le 19 février 1945, il a été homologué IR interné de la résistance (DIR), et résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty). –
Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 203723 . —
Jean-Pierre Rousseau, Xavier Trochu, Mémorial des victimes de la persécution allemande en Loire-Inférieure 1940-1945, tome Fusillés, exécutés, 2001.

Jean-Pierre Besse, Delphine Leneveu , Annie Pennetier

Version imprimable