Né le 24 février 1901 à Rilly-la-Montagne (Marne), fusillé après condamnation le 5 octobre 1942 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; tourneur sur métaux, marchand de fruits et primeurs ; militant communiste ; résistant, membre du Front national.

Fils d’Henri Laval, vigneron, et d’Artèze (née Martin), journalière, Ernest Laval fut responsable régional de la propagande pour la région Sud de Paris en 1940-1941. Il était domicilié dans un pavillon au 31 rue de Choisy-le-Roi à Vitry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne). Son mariage avec Charlotte Charpentier (1904-1988) a eu lieu le 6 octobre 1923 à Ay (Marne). Ils divorcent à Paris le 19 mars 1928 selon une mention marginale de son acte de naissance. Marié une seconde fois à Verneuil (Marne) au mois de septembre 1930, il divorça, puis épousa Julie Adèle, née Boulet, enfin il se remaria le 11 septembre 1942 à Paris (XIVe arr.) avec Lucie Thibault.
Militant actif du Parti communiste avant la guerre, il reprit de l’activité après juin 1940, devint responsable communiste de Vanves (Seine, Hauts-de-Seine) et adhéra au Front national dès sa création fin mai 1941 dans le secteur de Vanves. Son pseudonyme était Robert. Ernest Laval fut arrêté le 27 novembre 1941 alors qu’il se rendait à un rendez-vous au 1 bis rue Lacépède à Paris (Ve arr.) par la police française. Il était porteur d’un lot important de tracts de propagande clandestine.
Interrogé dans les locaux des Brigades spéciales, probablement battu, il reconnut qu’il était chargé de l’impression des tracts et de la transmission des mots d’ordre dans la région Sud de Paris. Conduit au Dépôt, livré aux Allemands le 5 décembre 1941, il fut incarcéré à la Santé.
Condamné à mort par le tribunal du Gross Paris qui siégeait à l’hôtel Continental le 9 septembre 1942, Ernest Laval était fusillé le 5 octobre 1942 au stand de tir du ministère de l’Air.
Le nom de Robert Laval figure sur le monument commémoratif de la place de l’insurrection à Vanves, et le conseil municipal donna son nom à une rue de la ville.
Son nom est gravé sur la plaque du ministère de la Défense à Paris XVème
Sources

SOURCES : Arch. PPo., 77W 51, 77W 310. – DAVCC, Caen, Boîte 5 B VIII 3, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty). – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. – État civil, Rilly-la-Montagne et Vitry-sur-Seine. — Note de Bernadette Bresler-Wauquier.

Jean-Pierre Besse, Daniel Grason, Delphine Leneveu

Version imprimable