Né le 20 décembre 1922 à Harnes (Pas-de-Calais), fusillé après condamnation à mort le 31 octobre 1942 à Arras (Pas-de-Calais) ; mineur ; militant communiste ; résistant FTPF à Harnes.

Fils de Julien et Georgette Wantiez, marié, Julien Bauduin était domicilié dans sa commune natale au 29 rue d’Odessa. Jeune communiste d’Harnes, il opta très vite pour la poursuite du combat dans l’illégalité. Julien Bauduin eut alors la responsabilité d’héberger de nombreux illégaux, dont Emilienne Mopty née Wantiez, Moïse Boulanger et Charles Debarge, et d’acheminer du matériel : ronéo, armes, tracts et journaux.
Arrêté en possession d’une arme volée à une sentinelle allemande tuée au pont Césarine à Lens le 9 mai 1942, Julien Bauduin fut condamné à mort par le tribunal allemand OFK 670 puis fusillé à la citadelle d’Arras le 31 octobre 1942 à 19 h 30.
Son épouse, Jeanne Bauduin-Bayard, née le 26 février 1923 à Harnes, fut déportée. Elle mourut à Munich (Allemagne) le 27 juillet 1943.
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Pas-de-Calais : M. 5022/2. – Livre mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression, 1940-1945, op. cit.. — DAVCC, Caen.

Alain Petit

Version imprimable