Né le 24 octobre 1900 à Gros-Chastang (Corrèze), fusillé comme otage le 7 mars 1942 à Moulin-sous-Touvent, forêt de Carlepont (Oise) ; contrôleur à la Société des transports en commun de la région parisienne (STCRP) ; militant syndicaliste ; militant communiste d’Aubervilliers (Seine, Seine-Saint-Denis).

Fils de Jean, voiturier, et de Marie, née Chavon, couturière, Baptiste Rechossière épousa Madeleine Costa le 29 août 1929 à la mairie d’Aubervilliers (Seine, Seine-Saint-Denis). Le couple demeurait dans la localité, au 38 rue du Moutier. Syndicaliste de la Confédération générale du travail (CGT), militant du Parti communiste, Baptiste Rechossière exerçait la profession de contrôleur à la STCRP. Il fut secrétaire de la cellule communiste qu’il créa au dépôt d’Aubervilliers et participa aux mouvements de grève.
Il fut soupçonné de distribuer des tracts du Parti communiste, et le 20 mars 1941 la police française l’arrêta. Le 10 avril, il fut interné au camp d’Aincourt (Seine-et-Oise, Val-d’Oise), où il tenta de reconstituer une cellule communiste. Considéré comme un « agitateur dangereux », il fut transféré à la maison d’arrêt de Rambouillet (Seine-et-Oise, Yvelines), puis au centre de Gaillon (Eure), enfin au Stalag 122 à Compiègne (Oise).
Le dimanche 1er mars 1942 vers 9 h 30, une sentinelle allemande postée devant le groupe scolaire du 41 rue de Tanger (Paris, XIXe arr.) fut tuée par Karl Schönharr, jeune résistant de l’Organisation spéciale (OS). L’école servant de lieu de cantonnement à des soldats allemands, un autre membre de l’OS déposa un engin, qui n’explosa pas. Le lendemain, un Avis paraissait dans Le Matin qui donnait le signalement du tireur et le numéro de téléphone des Renseignements généraux.
En représailles à cet attentat, les Allemands décidèrent de fusiller des otages : Gaston Huart, Roger Jurquet et Roland Martin furent fusillés à Biard (Vienne) ; le même jour, Baptiste Rechossière, Pierre Rigaud et Corentin Cariou furent passés par les armes sur la Butte-aux-Zouaves à Moulin-sous-Touvent, forêt de Carlepont.
Le nom de Baptiste Rechossière figure sur les monuments aux morts d’Aubervilliers et de Gros-Chastang, sur la plaque commémorative à l’entrée du dépôt de la RATP de Pantin : « À nos camarades victimes du nazisme », ainsi que sur la stèle de Carlepont, où son nom est orthographié « Rechaussière » et sur la stèle commémorative des otages de la Butte aux Zouaves à Moulin-sous-Touvent.
Monographie de lieu d’exécution : Compiègne-Royallieu, Moulin-sous-Touvent, forêt de Carlepont (Oise) : février-mai 1942
Sources

SOURCES : Arch. PPo., BA 1752, 77W 1734. – Arch. Dép. Corrèze, 2 E 89 13, DAVCC, Caen, B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Mémorial GenWeb. – État civil, Gros-Chastang.

Daniel Grason

Version imprimable