Né le 28 août 1921 à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine), fusillé le 29 janvier 1943 au terrain du Bêle à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; sténo-dactylo-comptable puis magasinier ; militant communiste ; membre de l’Organisation spéciale (OS) ; Procès des 42.

Lagathu Maurice avec (à gauche) Roger Mary, Émile David et Maximilien Bastard.
Lagathu Maurice avec (à gauche) Roger Mary, Émile David et Maximilien Bastard.
Guy Haudebourg, Nantes 1943. Fusillés pour l’exemple, La Crèche, Geste éditions, 20014.
Fils de Charles Lagathu et d’Eugénie Ferrier, Maurice Lagathu était sténo-dactylo-comptable et travaillait comme magasinier. Au début de l’Occupation, il habitait chez ses parents, dans le quartier de Pont-Rousseau à Nantes
Son domicile fut perquisitionné le 17 février 1941, sans résultat mais, soupçonné de distribution de tracts du Parti communiste français (PCF), d’inscriptions chez Renault au Lion d’or à Saint-Sébastien-sur-Loire (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) et de destruction des poteaux indicateurs allemands, il fut arrêté par la police française, incarcéré au Centre de séjour surveillé du Croisic et ne fut libéré que le 16 avril 1941 à la suite d’une déclaration par laquelle il s’engagea à ne plus avoir d’activités politiques.
Il reprit pourtant ses activités clandestines au sein du PCF. C’est à cette époque qu’il épousa la mère de ses deux très jeunes enfants, Odile Joséphine Glais, magasinière domiciliée rue Thiers à Rezé.
En juillet 1941, la police le soupçonna d’avoir peint une large inscription sur la route de Château-Bougon (« Vive l’Armée rouge »). À la fin de l’année 1941 ou au début de l’année 1942, il entra dans l’OS dirigée par Marcel Brégeon et Louis Le Paih et devint le responsable du groupe de Pont-Rousseau qui comprenait André Rouault, André Guinoiseau, Robert Douineau et Maurice Jouaud.
Arrêté au mois d’août 1942 par le Service de police anticommuniste (SPAC), il fut torturé au siège de la police nantaise, rue Garde-Dieu, et emprisonné à la prison Lafayette de Nantes.
Le 28 janvier 1943, avec trente-six autres résistants, il fut condamné à mort par le tribunal allemand de Nantes (« Procès des 42 ») pour avoir participé à onze attentats. Au tribunal, il déclara avoir « agi en patriote français et non en bandit ». Maurice Lagathu a été fusillé au Bêle le 29 janvier 1943.
Dans sa dernière lettre, datée du jour de son exécution, il écrivit : « Je meurs en patriote pour une cause juste, j’ai foi à la victoire future. Vive la France, vive le parti ».
Il fut alors enterré à Sautron.
Maurice Lagathu a été reconnu Mort pour la France le 16 février 1945, et homologué lieutenant FFI.
Une rue de Rezé porte son nom ainsi qu’une cellule du PCF.
Chère petite femme,
Cher papa et chère maman,
Lorsque vous recevrez cette lettre, je ne serai plus, j’aurai quitté cette terre de malheur pour toujours. Hélas, je n’aurai pas le bonheur de vous revoir et de vous serrer dans mes bras une dernière fois. Je porte sur moi les photos de toi. Odile chérie, que j’ai si peu connue et si bien tout de même, ainsi que celles de nos deux petits, Serge et Gérard. Pauvres petits, ils auront à peine vu leur père. Moutir si jeune, cela est terrible tout de mêm ! Laisser pour toujours les joies de la vie, mourir Sali par les journaux, mais je sais bien que tu ne me crois pas un bandit ou un assassin. D’ailleurs, je mourrai en brave, en français et je regarderai les fusils ennemis n face. Je me suis fait à cette idée depuis près de 6 mois.
J’espère que ma mort servira d’exemple à ceux qui viendront derrière moi. Ma dernière pensée sera pour vous tous que j’ai fait souffrir par nos actes. Vous direz à Gérard et à Serge quand ils seront grands, pourquoi et comment je suis mort. Je meurs, malgré tout, content, car j’emporte avec moi la certitude de la victoire. Je sais que vous serez heureux, dans un avenir prochain.Hélas je ne serain pas là, je ne vous reverrai plus jamais. Lorsque je tomberai tout à l’heure sous les balles meurtrières, j’aurai sur mon coeur les photos, chers souvenirs d’une époque où nous étions heureux ensemble. Je sais que tous ensemble, vous vivrez heureux en bonne intelligence. Je me hâte car l’heure approche. Odile, élève bien nos petits et que plus tard, ils n’aient pas à rougir de leur père., tout ce que je te demande, c’est de ne pas porter le deuil de moi. Je sais que vous garderez tout mon souvenir dans votre coeur et vous laisse les soins de toutes les choses.
Adieu cher papa, adieu chère maman qui m’avez tant aimé.
Adieu Odile chérie, adieu Serge et Grard.
Je meurs en patriote pour la juste cause. J’ai foi à la victoire future.
Recevez mes derniers baisers.
Maurice, qui vous a tant aimés.
Vive la France, vive le Parti.
Maurice Lagathu.
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Loire-Atlantique 270W485, 270W499, 270W501, 1694W40, 1694W48, 1694W49, 305 J 3 . – Arch. Dép. Maine-et-Loire 18W70. – Le Phare, janvier 1943. – Clarté, 23 novembre 1946. – Jean Bourgeon (sous la dir.), Journal d’un honnête homme pendant l’Occupation, Thonon-les-Bains, L’Albaron, 1990. – Guy Haudebourg, Le PCF en Loire-Inférieure à la Libération (1944-1947), mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Nantes, 1987. – Héliette Proust, Gilberte Larignon, Chantal Lamotte d’Incamps, Les Rezéens dans la Seconde Guerre mondiale, Rezé, Office municipal d’information, 1985. — Acte de décès.

Guy Haudebourg

Version imprimable