Né le 18 mars 1890 à Naujac-sur-Mer (Gironde), fusillé le 16 juin 1942 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) suite à une condamnation à mort.

Joseph Beautemps se maria en 1913 à Madeleine Ardiley. Il travaillait comme débardeur dans la forêt de Naujac. Agé de cinquante ans, il ne fut pas mobilisé. Lors de la débâcle, les soldats stationnés dans la forêt cachèrent des armes dont Thomas Beautemps connaissait l’emplacement. Dénoncé, il fut arrêté à Naujac-sur-Mer pour détention illégale d’armes de guerre françaises récupérées durant l’été 1940 et emprisonné au fort du Hâ (Bordeaux, Gironde).
Le tribunal militaire allemand de Bordeaux (FK 529) le condamna à mort le 11 juin 1942.
Joseph Beautemps a été fusillé le 16 juin 1942 au camp de Souge.
La mairie de Naujac ne fut prévenu de son exécution que le 16 juin 1942.
Son nom est inscrit sur le Mémorial du camp de Souge.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – René Terrisse, Face aux pelotons nazis : Souge, le Mont-Valérien du Bordelais, Aubéron, 2000, 207 p. – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit.

Delphine Leneveu

Version imprimable