Né le 26 octobre 1922 à Flers-en-Escrebieux (Nord), fusillé le 11 septembre 1942 au fort du Vert-Galant (Wambrechies, Nord) ; mineur ; résistant, membre des FTPF.

Fils de Georges, charpentier en bâtiment et de Marie, née Halliez, sans profession, Jean-Baptiste Bernier était célibataire et résidait à Flers-en-Escrebieux. Il vivait clandestinement depuis le mois de mai 1942 et entra dans les FTPF (3e compagnie) au mois de juin 1942.
Il fut arrêté par la police française le 6 juin 1942 à la gare de Maubeuge (Nord) pour « menées communistes et port d’armes » et/ou « pour vol de charbon, tentative de meurtre sur les agents de la ville et détention d’armes ». Il fut interné dans les prisons de Douai et Valenciennes.
Condamné à mort le 2 septembre 1942 par le tribunal militaire allemand de Lille (FK 678), Jean-Baptiste Bernier (ou Bernin) a été fusillé le 11 septembre 1942 au fort du Vert-Galant.
Son état civil indique Lille comme lieu de décès.
Sources

SOURCE : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – État civil.

Delphine Leneveu

Version imprimable