Né le 12 janvier 1917 à Carsac-de-Villefranche (Carsac-de-Gurson depuis 1961, Dordogne), fusillé le 25 juin 1942 au Camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) suite à une condamnation à mort ; domestique de culture.

Fils de Jean Bournet et de Marie Cabanat, cultivateurs, Albert Bournet, célibataire, résidait à Villefranche-de-Longchapt, dans la partie occupée du département de la Dordogne.
En juin 1942, il fut arrêté par les Allemands pour « détention d’armes » à la suite de la dénonciation d’un collaborateur qui fut poursuivi à la Libération. Il aurait caché un fusil dans une cabane et aurait été torturé pour obtenir des aveux moyennant la promesse d’avoir la vie sauve.
Condamné à mort le 22 juin 1942 par le tribunal militaire de la Feldkommandantur 529 de Bordeaux, il fut exécuté au camp de Souge le 25 juin 1942 à 18 h 15.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – René Terrisse, Face aux pelotons nazis, Aubéron, 2001. – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit., p. 75. – État civil.

Dominique Tantin

Version imprimable