Né le 15 juin 1923 à Lucenay-les-Aix (Nièvre), fusillé le 17 mars 1944 à Dijon (Côte-d’Or) ; forgeron ; résistant, membre des FTPF.

Pierre Bouiller
Pierre Bouiller
Fils de Guillaume Bouiller, journalier, et de Marthe Bachelier, ménagère, Pierre Bouillier, célibataire, maréchal-ferrand, résidait à Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire).
Avec une douzaine de jeunes gens, dont Marcel Turpin, il forma un groupe appelé « Jeunesse Libératrice de France » qui à la fin de l’année 1942 prit contact avec le Front national. Chef du maquis FTPF de Maringes à Bourbon-Lancy dit camp Lucien Sampaix, du nom du dirigeant communiste, Pierre Bouiller fut arrêté le 13 janvier 1944 à Bourbon-Lancy par la Feldgendarmerie pour « activité de franc-tireur, responsable d’un camp de terroristes et dépôt d’armes » avec six autres maquisards.
Condamné à mort le 7 mars 1944 par le tribunal militaire allemand de Dijon (FK 669), Pierre Bouiller a été fusillé le 17 mars 1944 à 6h48 au champ de tir de Montmuzard Dijon avec son camarade Pierre James.
Une stèle érigée sur le site de Maringes rappelle l’arrestation des sept maquisards. Le nom de Pierre Bouiller figure également sur le Mur des 126 fusillés de Dijon. et sur le monument aux morts de Bourbon-Lancy.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – André Jeannet, Mémorial de la Résistance en Saône-et-Loire. Biographies de résistants, Mâcon, 2005, JPM. – Notes Jacqueline Baynac. — État civil.

Delphine Leneveu

Version imprimable