Né le 21 mai 1920 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé après condamnation le 20 août 1942 au stand de tir de la place Balard à Paris (XVe arr.) ; militant communiste ; résistant en Charente-Maritime.

Célibataire, réformé de la Marine nationale à 100 %, sans profession, Guy Seguinot résidait à Marans (Charente-Inférieure, Charente-Maritime). Il s’engagea dans la Résistance au sein du réseau du Musée de l’Homme et, à compter de juillet 1941, au Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France, mouvement de résistance fondé et dirigé par le Parti communiste français (PCF). Il fut aussi agent de renseignements pour le réseau dirigé par Georges-Pierre de Froment, dont il fut l’adjoint.
Dénoncé, Guy Seguinot fut arrêté à Nantes par l’Abwehr le 10 octobre 1941 et incarcéré dans cette ville. Il fut ramené à Paris le 1er février 1942, au moment où se tenait le procès du Musée de l’Homme, et interné à Fresnes (Seine, Val-de-Marne).
Il fut condamné à mort le 6 août 1942 pour « complicité d’espionnage et aide à l’ennemi » par le tribunal militaire de la Kommandantur du Gross Paris siégeant rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.), et fusillé au stand de tir de la place Balard le 20 août 1942 à 16 h 10.
Une rue de Marans porte son nom.
Sources

SOURCES : AVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Site Internet : memoresist.org.

Dominique Tantin

Version imprimable