Né le 27 mars 1921 à Saint-Renan (Finistère), fusillé le 30 décembre 1942 à Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine) ; comptable ; résistant à l’Organisation spéciale (OS), au Front national et aux FTPF.

Joseph Vaillant
Joseph Vaillant
Communiqué par Gildas Priol
Fils de François Vaillant, employé aux chemins de fer de l’État, et de Marie-Louise Beuzen, sans profession, Joseph Vaillant, comptable résidant à Rennes (Ille-et-Vilaine), s’était marié le 7 avril 1942 à Rennes avec Paulette Ledélis et était père d’un enfant.
À Vern-sur-Seiche, en juin 1940, il récupéra des armes ayant appartenu à l’armée française. En juillet 1940, il tua un garde allemand à Fouillard. Entre août 1940 et l’automne 1941, selon une attestation fournie au ministère des Anciens Combattants, il aurait récupéré des armes et munitions dans un dépôt allemand et organisé un groupe de résistants en relation avec des cheminots de la SNCF. À l’automne 1941, il aurait organisé un attentat contre des locaux de la Légion des volontaires français (LVF) et du Rassemblement national populaire (RNP) et saboté une ligne téléphonique à Noyal-sur-Vilaine.
Membre du réseau Overcloud depuis novembre 1941, puis membre de l’OS à partir de janvier 1942, il fut arrêté par les Allemands le 22 septembre 1942 à Rennes pour « actes de franc-tireur », suite à un vol d’explosifs. Condamné à mort le 22 décembre 1942 par le tribunal militaire allemand FK 748 de Rennes, il fut incarcéré à la prison Jacques-Cartier de Rennes et fusillé le 30 décembre 1942 à Saint-Jacques-de-la-Lande.
Lieu d’exécution : La Maltière, Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine)
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 3, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty). – État civil.

Barbara Bonazzi

Version imprimable