Né le 24 février 1902 à Dracy-le-Fort (Saône-et-Loire), fusillé le 18 août 1942 à Dijon (Côte-d’Or) ; agent des PTT ; résistant communiste.

Fils de Barthélemy Gaudet et de Claudine Nectoux, vignerons, Lucien Gaudet, domicilié à Saint-Bérain-sur-Dheune, était agent du réseau Marc Breton, depuis avril 1941, sous le matricule MB/141. Il cachait des armes et fut dénoncé à la gendarmerie par Alfred Février, un habitant de Saint-Bérain-sur-Dheune. La gendarmerie informa les Allemands. qui arrêtèrent Gaudet le 20 juillet 1942 dans cette commune. Gaudet détenait un stock d’armes pour le réseau Marc Breton.
Le tribunal militaire allemand FK 669 de Dijon le condamna à mort le 13 août 1942. Détenu à la prison de Chalon-sur-Saône puis à la prison de Dijon, il a été fusillé à Dijon, le 10 août 1942, à 7 h 46, à quelques minutes d’écart de Camille Chevalier. Le dénonciateur fut acquitté par la cour de justice de Chalon-sur-Saône, après la Libération.
Le nom de Lucien Gaudet figure sur le Mur des 126 fusillés de Dijon.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 3. – Rapport de Jean, André Buxeuil de Roujoux, 1948. – Note de M.-H. Velu. – André Jeannet, Mémorial de la Résistance en Saône-et-Loire. Biographies des résistants, 2005, JPM. – État civil.

André Jeannet, Claude Pennetier

Version imprimable