Né le 10 janvier 1922 à Toulouse (Haute-Garonne), exécuté sommairement le 17 août 1944 à Cormainville (Eure-et-Loir) ; employé à la Société Nationale des Chemins de Fer ; résistant au sein des forces de résistance de la région Châteaudun-Arrou, membre des Forces françaises de l’Intérieur (FFI)

Fils de Fernand Sandré, mécanicien, et de Lydie Desplas, ménagère, Charles Sandre résidant à Marboué (Eure-et-Loir), s’était marié le 27 mars 1943 à Chateaudun (Eure-et-Loir) avec Elisabeth Gouin. Il était lieutenant des Forces Français de l’Intérieur.
Le 16 août après avoir participé à une réunion de liaison avec l’état-major américain cantonné au château de Touchaillou (au lieu-dit de Thiville), Charles Sandré, dit Jean dans la Résistance, et quatre autres officiers FFI (Armand Lhuillery*, Paul Fenin*, Guy Fortière* et Francis Fere*) sont fait prisonniers par des allemands dont le char leur barrait la route. Conduits en camion à Cormainville, il étaient fusillés le lendemain après avoir été torturés.
Leurs corps affreusement mutilés furent retrouvés le 18 août près du château de Touchaillou (au lieu-dit de Thiville) derrière le cimetière.
Le 18 août 1946 une plaque commémorative fut érigée dans les bois où furent retrouvés leurs corps.
La mention "Mort pour la France" lui fut attribuée le 14 janvier 1946.
Sources

SOURCE : DAVCC, Caen, Liste S 1933 (Notes de Thomas Pouty). — Notes de Christophe Lézenven issues des Arch. Dép Eure-et-Loir, 18W101.— État civil.

Version imprimable