Né en 1905 à Laghouat (Algérie), fusillé comme otage le 11 août 1942 au Mont-Valérien (commune de Suresnes, Seine, Hauts-de-Seine) ; infirmier ; militant communiste ; résistant.

Les fusillés de Villejuif
Les fusillés de Villejuif
Copyright Pierre Cardon
Fils de Slimane ben Kouider et de Fatma bent Belgacen, Infirmier à l’hospice de Bicêtre (Seine, Val-de-Marne), Mohamed Ben Sliman était marié avec Marie Louise Corbel et était père de cinq enfants.
Le 26 juin 1942, il fut arrêté à Paris par la Sipo-SD pour "activité terroriste" ainsi que pour ses activités militantes. Résistant communiste, il était membre d’une organisation communiste clandestine de lutte armée, et aurait participé à l’attentat du café Moreau qui avait eu lieu le 29 mai 1942.
Incarcéré à la prison de la Santé (Paris, XIVe arr.), il fut désigné comme otage, et fusillé comme tel le 11 août 1942 au Mont-Valérien, en représailles à l’attentat du stade Bouin et de divers autres attentats qui avaient provoqué, le même mois, la mort de trente et un soldats allemands.
La mention "Mort pour la France" lui fut attribuée par décision du Ministre des Anciens Combattants en date du 1er août 1946.
Sources

SOURCE : DAVCC, Caen, B VIII dossier 3 (Notes de Thomas Pouty). — État civil.

Julien Lucchini

Version imprimable