Né le 7 octobre 1924 à Posen (Pologne), fusillé le 5 mai 1944 au champ de tir de Challuy, Nevers (Nièvre) après condamnation ; mineur ; résistant FTPF de La Machine (Nièvre).

Arrivé en France avec ses parents en 1929, Edmond Gmerek, Polonais, célibataire, habitait dans la cité ouvrière des Minimes, propriété de l’entreprise Schneider, à La Machine où il travaillait comme mineur.
Il appartenait au groupe de résistants FTPF de La Machine (depuis novembre 1943 selon le AVCC) et participa au maquis Socrate. Arrêté le 20 mars 1944, par la gendarmerie française, à La Machine, il fut accusé de sabotages à Decize et à Saint-Léger-des-Vignes et d’incendie de dépôt de fourrage. Il fut emprisonné à Nevers, et le tribunal allemand FK 568 de la ville le condamna à mort le 4 mai.
Il a été fusillé à Nevers le 5 mai 1944, à 21 h 25, avec ses camarades, René Bollengier chef du groupe, Antoine Grillot, Maurice Niot et Jean Page.
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de La Machine où une rue porte son nom et sur le monument en hommage aux 32 fusillés à Nevers.
Nevers, champ de tir de Challuy (12 janvier 1942-30 juin 1944)
Sources

SOURCES : AVCC, Caen, BVIII, Notes Thomas Pouty. – Arch. Dép.Nièvre, 999W1962. — MemorialGenweb.

Annie Pennetier

Version imprimable