Né à La Richardais le 10 août 1925 (Ille-et-Vilaine), fusillé le 30 juin 1944 au camp militaire de La Maltière en Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine) ; marin pêcheur ; résistant, membre des FTPF.

Cadet d’une famille de onze enfants, Georges Pian, dit Pierre Georges, était le fils d’un ouvrier plombier-chauffagiste à la coopérative « La Sanitaire Dinardaise ». Contre l’avis de ses parents, Georges Pian interrompit ses études à l’issue de la classe de 5e.
En 1941, il partit à vélo chez sa marraine à Château-du-Loir dans la Sarthe, dans l’intention inavouée de franchir la ligne de démarcation. Son projet ayant échoué, il rentra dans sa famille qui, au cours de l’année 1942, quitta La Richardais pour s’installer à La Vicomté-sur-Rance (Ille-et-Vilaine). Georges Pian devint alors marin pêcheur.
En décembre 1943, il entra dans le groupe de résistance FUJP (Forces unies de la jeunesse patriotique) de Dinard créé à l’initiative des Jeunesses communistes. Il participa à la diffusion de tracts et journaux clandestins, à la confection de fausses cartes d’identité pour les remettre aux réfractaires et aux maquisards.
En mars 1944, il entra dans le groupe de résistance FTP de Dinard, entreposa à son domicile des armes et munitions pour le groupe en vue d’opérations contre les dépôts et installations allemandes du secteur de Dinard.
En mai 1944, il rejoignit le maquis de Saint-Ganton et participa à la récupération d’armes et de matériel, à l’organisation du maquis, à la préparation militaire. Il fut nommé chef de groupe.
Le 6 juin 1944, il était à La Vicomté-sur-Rance pour récupérer des armes. À l’annonce du Débarquement en Normandie, il repartit en vélo avec les armes dans ses sacoches. Arrêté dans la cour de l’école d’une commune du canton de Bécherel (Ille-et-Vilaine) par une unité de la Wehrmacht, il fut emmené à la prison Jacques-Cartier à Rennes.
Condamné pour « actes de franc-tireur » à la peine de mort par le tribunal allemand FK 748 de Rennes le 29 juin, il a été fusillé à Saint-Jacques-de-la-Lande, le lendemain 30 juin 1944 à 6 h 16.
Lieu d’exécution : La Maltière, Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine)
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 3, Liste S1744 (Notes Thomas Pouty et Jean-Pierre Besse). – J.-P. Besse, T. Pouty, Les fusillés (1940-1944), op. cit. – Renée Thouanel (sous la dir.), La Maltière (1940-1944), Éd. Mairie de Saint-Jacques-de-la-Lande, 2012. – Site des anciens combattants d’Ille-et-Vilaine, « Mémoire de guerre ».

Alain Prigent, Renée Thouanel, Serge Tilly

Version imprimable