Né le 7 janvier 1924 à Nesle-Normandeuse (Somme), fusillé le 8 novembre 1943 au stand du Madrillet, Grand-Quevilly (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; résistant des FTPF, membre du maquis de Barneville .

Maurice Compagnon rejoignit, sous le pseudonyme de Gilles, les rangs du groupe FTP du maquis de Barneville qui pratiquait le sabotage et la résistance urbaine dans l’agglomération rouennaise et le département. Arrivé à Barneville au cours du mois d’août 1943, il participa, selon la police anti-terroriste de Rouen, à trois opérations : le 18 août, un sabotage de voie ferrée à Grand-Couronne ; le 20 août, un vol à main armée au bureau de tabac Josse à Grand-Quevilly ; dans la même nuit, un vol de trois revolvers à des policiers français. Avec lui, Christian Sénard, Jean Séhy, Marcel Lechevallier, Robert Legros.
Il fut arrêté le 24 août 1943 à la grotte de Barneville (Eure) dans le bois de la Fromagerie, et incarcéré à la prison Bonne-Nouvelle. Jugé le 5 novembre 1943 par le tribunal militaire allemand FK 517 siégeant à Rouen, il fut condamné à mort. Il a été fusillé le 8 novembre 1943 au Madrillet Grand-Quevilly avant d’avoir atteint l’âge de vingt ans.
Le 24 août, l’inspecteur collaborateur Alie ainsi que plus de cent soldats allemands et de GMR en armes se lancèrent à l’assaut du maquis de Barneville. Deux des maquisards furent abattus au cours d’un combat inégal : Albert Lacour et Rudolph Pfandauer. Parmi les FTP arrêtés, six furent exécutés comme otages le 8 novembre 1943 au stand de tir du Madrillet à Grand-Quevilly. Il s’agissait de Jean et André Séhy, Maurice Compagnon, Marcel Lechevallier, Robert Legros et Maurice Mailleau. Un septième homme, André Dumont de Mers-les-Bains, arrêté également à Barneville, fut plus tard fusillé à Amiens le 5 février 1944. Le 8 novembre 1943 le FTP havrais Ernest Derrien a été fusillé aux côtés de ceux de Barneville ainsi que Gérard Brillet de Rouen qui, sans être reconnu FTP après guerre, avait participé à certaines de leurs actions. Les autres arrêtés de Barneville furent déportés à Buchenwald (Allemagne) : Roger Cavel, Jean Baptiste Lepront, Christian Pivert, Marius Thébault. Un déporté le fut à Mauthausen : Achille Guisier. Roger Cavel fut le seul à ne pas revenir vivant en 1945 de Buchenwald.
Enfin Christian Sénard échappa à la mort en s’évadant de la prison de Rouen Bonne-Nouvelle en compagnie du dirigeant FTP Albert Leroy. Les deux hommes reprirent la lutte contre l’occupant.
Le nom de Maurice Compagnon figure sur la stèle aux martyrs du bois de la Fromagerie face à la grotte de Barneville.
Oeuvres

Fusillé de Barneville

Sources

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime : Dossier Policier Alie de Rouen 1943, Inculpés-Barneville ; Bilan des actions du groupe avec noms des participants (sans cote). – Notes Michel Croguennec. – Michel Croguennec, 1943 : Petit-Quevilly au temps du maquis de Barneville, Arch. Petit-Quevilly, 2013. – Hommage aux fusillés et aux massacrés de la Résistance en Seine-Maritime.1940-1944, édité par l’Association départementale des familles de fusillés de la Résistance de Seine-Maritime (1992). – Fernand Châtel, Le maquis de Barneville, Petit-Quevilly, 1967.

Jean-Paul Nicolas

Version imprimable