Né le 17 juin 1923 à Argentan (Orne), fusillé àprès condamnation à mort le 8 novembre 1943 à Grand-Quevilly (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) avec sept de ses camarades ; résistant, membre du groupe FTPF du maquis de Barneville.

Fils d’Albert Lechevallier, employé aux chemins de fer de l’État, et de Louise Honorine Bailleul, sans profession, Marcel Lechevallier habitait à Sotteville-lès-Rouen. Il était charpentier et membre des Jeunesses communistes. Il était résistant depuis 1941 au sein du Front national pour la libération et l’indépendance de la France. Il fut arrêté une première fois par les autorités allemandes pour service rendu aux Alliés lors de la tentative de débarquement à Saint-Nazaire. Il parvint à s’évader au bout de trois semaines. En 1943, les rafles du Service du travail obligatoire (STO) le firent rejoindre le maquis FTP de Barneville-sur-Seine (Eure). Comme Maurice Compagnon, il participa aux dernières actions du groupe durant le mois d’août. Le 14 août, sabotage de voie ferrée à Gaillefontaine ; le 18 à Grand-Couronne ; le 20, vol à main armée de tabac à Grand-Quevilly ; dans la même nuit, vol de trois revolvers à des policiers français. Il fut arrêté juste après le combat de la grotte du 24 août 1943, alors que le gros de la troupe s’était retiré. Rentrant au camp à 23 h 30 avec André Séhy, les deux jeunes hommes furent immédiatement arrêtés par les soldats restés en surveillance.
Emprisonné à la maison d’arrêt de Rouen Bonne-Nouvelle, Marcel Lechevallier et cinq de ses camarades FTP de Barneville arrêtés furent condamnés à mort le 5 novembre 1943 par le tribunal militaire allemand FK 517. Le 8 novembre, ces six hommes ont été fusillés au Madrillet, Grand-Quevilly, avec deux camarades FTP arrêtés dans d’autres circonstances : le Havrais Ernest Derrien et le Rouennais Gérard Brillet.
À la Libération, sous l’impulsion des maquisards survivants et de la ville de Petit-Quevilly (mairie PCF), un comité pour le souvenir du maquis de Barneville fut fondé, organisant chaque année à la fin du mois d’août une cérémonie du souvenir à la grotte de Barneville. Sur la stèle du souvenir qui fait face à l’entrée de la grotte figure la liste des martyrs du groupe de Barneville. Marcel Lechevallier figure sur la stèle. À Sotteville-lès-Rouen, une rue porte le nom de Marcel Lechevallier, mort à vingt ans sous les balles des nazis.
Oeuvres

Fusillé de Barneville

Sources

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime : Dossier Policier Alie de Rouen 1943, Inculpés-Barneville ; Bilan des actions du groupe avec noms des participants (sans cote). – Notes Michel Croguennec. – Michel Croguennec, 1943 : Petit-Quevilly au temps du maquis de Barneville, Arch. Petit-Quevilly, 2013. – Hommage aux fusillés et aux massacrés de la Résistance en Seine-Maritime, 1940-1944, édité par l’Association départementale des familles de fusillés de la Résistance de Seine-Maritime, 1992. – Fernand Châtel, Le maquis de Barneville, Petit-Quevilly, 1967. – État civil.

Jean-Paul Nicolas

Version imprimable