Né le 11 septembre 1903 à Ons-en-Bray (Oise), fusillé le 26 octobre 1940 à Beauvais (Oise) ; ouvrier agricole.

En octobre 1940, une rixe éclata avec des soldats allemands à la suite d’une discussion sur la concubine de Richard Hénault, comparse de Victor Wallard. Il semble que les Allemands s’étaient introduits au domicile de Victor Wallard, à Saint-Crépin-Ibouvillers (Oise), pour voir sa femme, probablement prostituée (celui-là était déjà connu pour proxénétisme). L’un des soldats fut égorgé à la hache par Hénault, et deux autres blessés par des coups de feu. Le groupe avait bu, et comprenait également un dénommé Masselin. Aucun des protagonistes français n’appartenait à un groupe de résistants.
Hénault chercha à se cacher dans les bois, avant d’être arrêté le 20 octobre par la Feldgendarmerie. Traduit le 23 devant le tribunal militaire allemand FK 580 d’Amiens, qui siégea peut-être à Beauvais, il y fut condamné à mort.
La sentence fut exécutée le 26 octobre 1940, à 18 heures, jour où un peloton allemand le fusilla à la caserne Agel où il était interné.
Également arrêté, Victor Wallard fut condamné à mort un peu plus tôt, le 16 octobre, par le même tribunal. Mais il fut exécuté le 1er novembre 1940 à 18 heures.
Sources

SOURCE : AVCC, Caen (Notes Thomas Pouty).

Frédéric Stévenot

Version imprimable