Né le 29 avril 1908 à Lisbonne (Portugal), fusillé le 27 décembre 1943 à Bondues (Nord) ; nationalité belge ; directeur d’une fabrique d’encres ; franc-maçon ; résistant, membre de l’Organisation civile et militaire (OCM).

Né au Portugal d’un père belge et d’une mère française, Paul Lisfranc s’engagea cinq ans dans l’armée belge à sa majorité. À la même période, il devint franc-maçon et épousa Germaine Vanlievendael. Il était directeur de l’usine d’encre Dambrené à Fives (Nord), et ancien maréchal des logis au 6e Régiment d’artillerie de Bruxelles (Belgique).
Demeurant à Marcq-en-Barœul (Nord), Paul Lisfranc fut arrêté à Lille (Nord) le 22 juillet 1943, pour activité terroriste en faveur de l’ennemi, et résistant membre de l’OCM. Membre du réseau Voix du Nord, il avait intégré l’OCM en 1942. Responsable départemental nommé par le colonel Passy, il était en relation avec Eugène d’Hallendre*.
Paul Lisfranc fut interné à la prison de Loos-lès-Lille (Nord). Traduit devant le tribunal militaire allemand FK 678 de Lille, il fut condamné à mort le 12 décembre 1943. Un peloton d’exécution allemand le fusilla au fort de Bondues, le 27 décembre 1943.
Une intervention de la Délégation générale du gouvernement français dans les territoires occupés avait été faite en sa faveur le 14 décembre précédent.
Paul Lisfranc a reçu, à titre posthume, la Légion d’honneur et la Croix de guerre avec palme. Son nom figure sur le monument aux fusillés de Bondues, et sur le mémorial du Grand-Orient de France, 16 rue Cadet à Paris (IXe arr.). Il repose au carré militaire du cimetière de Bondues.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VII 0952 et 1167, B VIII 4/B et B VIII 5 (Notes Thomas Pouty). – Musée de la Résistance de Bondues, Ils étaient 68, op. cit. – Mémorial GenWeb.

Frédéric Stévenot, Julien Lucchini

Version imprimable