Né le 20 mai 1923 à La Cornuaille (Maine-et-Loire), fusillé après condamnation à mort le 29 juin 1944 au château de La Bouvardière, commune de Saint-Herblain (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; forgeron ; résistant FFI, maquis de Saffré (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).

Henri MACAULT
Henri MACAULT
Fils de Henri Macault (décédé avant la mort de son fils) et de Marie, Joséphine Coussey, sans profession, Henri Macault était marié avec Marie-Thérèse Gastineau depuis le 12 janvier 1943, couturière, et vivait à La Cornuaille (Maine-et-Loire).
Réfractaire au Service du travail obligatoire, Henri Macault avait échappé aux soldats allemands en s’évadant d’un train en gare d’Angers. Recherché, il se cacha pendant six mois dans une chambre sans fenêtre chez sa jeune femme, occupant son temps le jour au tricotage en vue de la naissance de son bébé Marie-Thérèse-Henriette née le 27 décembre 1943 et la nuit multipliant en solitaire des actes de sabotage. Suite au débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944, il décida d’engager la lutte ouverte. Il rejoignit les Forces françaises de l’intérieur (FFI) et intégra le maquis de Saffré où il fut nommé sergent.
Le 28 juin 1944 au matin, plus de mille cinq cents soldats allemands, aidés d’auxiliaires français, attaquèrent le maquis, tuant treize maquisards, certains blessés étant achevés, et en capturant trente-cinq, parmi lesquels Henri Macault. Les captifs furent transférés à la prison Lafayette de Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).
Condamné à mort le 29 juin 1944 par le tribunal militaire allemand de Nantes (FK 518), Henri Macault a été fusillé le jour même avec vingt-six de ses compagnons, au château de La Bouvardière ; il tomba sous les balles du peloton à 23 h 30.
Dans l’après-midi du 30 juin 1944, les corps des 27 fusillés furent amenés au cimetière de La Chauvinière à Nantes où ils furent inhumés de manière anonyme. Les tombes furent rapidement jonchées de fleurs, un drapeau français flottait au centre et deux petites affiches étaient apposées avec le texte suivant : "Camarades, dormez en paix, bientôt vous serez vengés" "Morts pour que la France vive."
Henri Macault a été reconnu Mort pour la France le 19 février 1945 par le Secrétariat général aux Anciens Combattants. Il fut homologué interné résistant (DIR) et FFI ; il reçut la Médaille de la Résistance par décret du 23 juillet 1965, JO du 14 août 1965.
Il apparaît sous le nom de Macaud sur la plaque commémorative du maquis à Saffré, dans l’oratoire construit auprès du monument commémoratif.
Son nom est gravé sur le Monument aux Morts de La Cornuaille, aujourd’hui Val d’Erdre-Auxence (commune nouvelle).
SAFFRÉ- SAINT-HERBLAIN (Loire-Atlantique) : 28-29 juin 1944
Sources

SOURCES : AVCC, Caen, Liste S 1744 (notes Thomas Pouty) , AC 21 P 510 830. — SHD Vincennes GR 16 P 381522 (nc). — Arch. Dép. Loire-Atlantique, 305 J 3, 1694 W 18, 1623 W 51. — A. Perraud-Charmantier, Le drame du Maquis de Saffré, Éditions du Fleuve, Nantes, 1946. — Mémorial GenWeb. — Site Internet Mémoire des Hommes. — État civil. — Note Jean-Charles Verdier, 2022.

Julien Lucchini, Annie Pennetier

Version imprimable