Né le 20 mai 1923 à La Cornuaille (Maine-et-Loire), fusillé le 29 juin 1944 au château de La Bouvardière à Saint-Herblain (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; forgeron ; maquisard.

Fils de Henri Macault (décédé avant la mort de son fils) et de Marie, Joséphine Coussey, sans profession, Henri Macault était marié avec Marie-Thérèse Gastineau, couturière, et vivait à La Cornuaille.
Réfractaire au Service du travail obligatoire, il avait échappé aux soldats allemands en s’évadant d’un train. Il rejoignit les Forces françaises de l’intérieur (FFI) et intégra le maquis de Saffré. Le 28 juin 1944, lors de l’assaut des forces allemandes contre celui-ci, il fut arrêté et incarcéré à la prison Lafayette de Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).
Le lendemain, 29 juin, il fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand FK 518 de Nantes et fusillé le jour même au château de La Bouvardière à Saint-Herblain, dans la banlieue nantaise.
La mention « Mort pour la France » lui fut attribuée suivant décision du secrétaire général aux Anciens Combattants en date du 19 février 1945.
Sources

SOURCES : AVCC, Caen, Liste S 1744 (notes Thomas Pouty). — Arch. Dép. Loire-Atlantique, 305 J 3. — État civil.

Julien Lucchini, Annie Pennetier

Version imprimable