Né le 23 août 1896 à Gray (Haute-Saône), fusillé comme otage le 2 octobre 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; chaudronnier à la SNCF ; militant communiste ; résistant, membre des Forces françaises combattantes (FFC).

Fils de Félix Buchin, serrurier, et de Marie, Adélaïde Veaux, sans profession, Félix Buchin, chaudronnier à la SNCF, s’était marié le 18 janvier 1919 à Gray avec Marie, Madeleine Drouhin et vivait à Chelles (Seine-et-Marne). Il était militant communiste.
Fiché pour ses activités militantes, il fut arrêté par la police française et incarcéré au camp de Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis). Les autorités allemandes l’ayant désigné comme otage, Félix Buchin fut exécuté comme tel le 2 octobre 1943 au Mont-Valérien, en représailles à l’attentat contre Ritter.
Félix Buchin fut dans un premier temps inhumé au cimetière parisien du Père-Lachaise. Il repose désormais au carré militaire du cimetière de Chelles. Une rue de la ville porte son nom, qui figure également sur plusieurs monuments et stèles commémoratives de Chelles et de Suresnes.
La mention « Mort pour la France » lui a été décernée.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 6 (Notes Thomas Pouty). – Mémorial GenWeb. – État civil.

Julien Lucchini

Version imprimable