Né le 10 novembre 1925 à Bruges (Gironde), fusillé le 26 janvier 1944 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) suite à une condamnation à mort ; chauffeur ; militant communiste ; résistant FTPF.

Fils de Marcel Déjean, jardinier, et de Jeanne Lagrange, Arnaud Déjean était chauffeur et vivait à Bruges. Il était célibataire.
Militant communiste, il s’était engagé dans la Résistance au début 1943. Selon le témoignage ultérieur de son frère Michel, il aurait alors déclaré à son père : « si je perds la vie, maman et mes frères au moins te conserveront [...] ce devoir de défendre la France c’est à moi qu’il incombe ». Membre du groupe FTP Bourgeois, il prit part à des sabotages de voies ferrées, notamment au lieu-dit La Vache, près de Bruges (9 août 1943).
Le 1er septembre 1943, il fut arrêté à Lussac (Gironde) par la police française. Incarcéré au fort du Hâ (Gironde), il fut condamné à mort le 20 janvier 1944 par le tribunal militaire allemand FK 529 de Bordeaux (Gironde), et fusillé à l’aube du 26 janvier suivant, en compagnie de seize autres condamnés à mort.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 5, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty). – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit.

Julien Lucchini

Version imprimable