Né le 24 avril 1908 à Toul (Meurthe-et-Moselle), fusillé le 19 mai 1944 à Champigneulles (Meurthe-et-Moselle) ; aide-ouvrier ajusteur à la SNCF ; résistant membre des FTPF.

Domicilié à Nancy (Meurthe-et-Moselle), Alphonse Mouilleron était marié et père d’un enfant. Il s’engagea dans les Francs-tireurs et partisans français (FTPF), organisation armée du Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France, mouvement de résistance dirigé par le Parti communiste français. Membre du groupe Gambetta de Nancy (Meurthe-et-Moselle) depuis mars 1943, il participa à plusieurs sabotages.
Le groupe FTP connu sous le nom de « Gambetta », constitué par trois militants venus de Haute-Saône, Buffard, Guillaume et sa femme Simone, mena de novembre 1943 à février 1944, six attentats contre des biens de collaborateurs et huit sabotages. En février 1944, une rafle au cours de laquelle Buffard fut abattu permit l’arrestation de vingt-sept membres du groupe. Onze furent fusillés le 19 mai et quatorze autres furent déportés. Il fut également impliqué dans le réseau Résistance-Fer.
Alphonse Mouilleron fut arrêté le 24 février 1944 au dépôt SNCF de Nancy par la police française (police judiciaire) et incarcéré à la prison Charles-III de Nancy.
Livré aux Allemands, il fut condamné à mort pour « activité de franc-tireur et sabotage » le 5 mai 1944 par le tribunal militaire de la Feldkommandantur 591 de Nancy et fusillé le 19 mai à 7 h 15 dans la forêt de Haye, au lieu-dit la Malpierre (fonds de Toul) avec ses dix camarades.
Son nom est inscrit sur le monument des fusillés de La Malpierre.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Sites Internet. – Mémorial GenWeb.

Dominique Tantin

Version imprimable