Né le 1er janvier 1925 à Aubervilliers (Seine, Seine-Saint-Denis), fusillé après condamnation le 22 septembre 1942 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; tourneur sur métaux ; militant des Jeunesses communistes ; résistant FTPF.

Albert Girard demeurait chez ses parents 9 rue des Travailleurs à Aubervilliers. Il milita à la Jeunesse communiste avec Jules Martin-Rodriguez, et travaillait comme tourneur sur métaux chez Citroën. Il entra dans les FTP en mars 1942, aurait été agent de liaison du docteur Henri Chrétien, responsable du service sanitaire des FTP.
À la suite de plusieurs chutes de jeunes combattants, il fut arrêté le 3 avril 1942 par des inspecteurs de la BS2. Interrogé dans les locaux des brigades, probablement maltraité, il fut livré aux Allemands. Il comparut le 7 août 1942 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.), et fut condamné à mort pour « intelligence avec l’ennemi et complicités terroristes ». Albert Girard fut passé par les armes le 22 août 1942 à 12 h 35 au stand de tir du ministère de l’Air.
Inhumé dans un lieu inconnu, Albert Girard a été réinhumé après la Libération au cimetière communal d’Aubervilliers. Dans le cadre d’une commission rogatoire, sa mère porta plainte le 2 janvier 1945 contre les inspecteurs qui arrêtèrent son fils.
Le conseil municipal de la ville donna le nom d’Albert Girard à une rue de la ville.
Son nom est gravé sur la plaque du ministère de la Défense à Paris XVème
Sources

SOURCES : Arch. PPo., KB 18. – DAVCC, Caen, Boîte 5/B VIII 3, Liste S 1744-464/42 (Notes Thomas Pouty). – L. Tsévéry, F. Sekhraoui, Les 161 fusillés du polygone de Balard, Éd. FFDJF, 2011. — Photo : plaquette éditée pour la commémoration du 21 juin 2000 les martyrs du stand de tir d’Issy-les-Moulineaux 1942-1944, Adam Rayski.

Daniel Grason

Version imprimable