Né le 27 novembre 1923 à Salins-Les-Bains (Jura), fusillé le 19 mai 1944 à La Butte de Besançon (Doubs) ; maquisard FTPF de Côte-d’Or.

Georges Bertholino
Georges Bertholino
Association des familles de fusillés (MRN)
Né son le nom de Vial, nom de sa mère, son père, Julien Bertholino, étant en déplacement. Il vécut à Is-sur-Tille (Côte-d’Or), avec sa mère, remariée Mathieu. Georges Bertholino appartint au maquis de Foncegrive (Côte-d’Or) créé à l’origine par les Francs-tireurs et partisans (FTP) mais où vinrent se réfugier par la suite des survivants du groupe Tabou, dont le maquis à Pothières avait été attaqué en novembre-décembre 1943, et du groupe Casse-Cou, lié aux services secrets britanniques. Le maquis de Foncegrive, installé dans une maison de chasse, fut attaqué le 21 avril 1944 à l’aube par la police française. Le chef, Félix Besson (Tonio), ancien des Brigades internationales, fut tué. Neuf maquisards furent arrêtés dont Georges Bertholino.
Incarcéré à la prison de Belfort puis à la maison d’arrêt de Besançon, la Butte, il fut condamné à mort par la cour martiale de la Milice à Besançon le 18 mai et fusillé dans cette ville le 19 mai 1944 en même temps que Jean Antonietti, Gilbert Le Berrigaud, Robert Greusard, Jean Durand, Maurice Blaise, Marius Geley et Lucien Vannier.
La mention « Mort pour la France » lui fut attribuée. Il a été inhumé dans le carré des corps restitués au cimetière d’Is-sur-Tille, et son nom figure sur le monument aux morts et sur la stèle de sa commune natale située dans l’église. À Foncegrive, une stèle a été élevée en l’honneur du maquis dont quatre membres furent fusillés le 19 mai 1944 à Besançon et quatre autres déportés. Une cérémonie y est organisée tous les ans. À Besançon, à la maison d’arrêt Louis-Pergaud, une plaque honore les huit fusillés du 19 mai 1944 et leurs noms figurent sur la stèle aux martyrs de la Résistance.
Sources

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 54045 . — Fanny Monin, « Les fusillés dans le département du Doubs de 1941 à 1944 », Mémoire de master 1, Université de Franche-Comté, 2009. – Notes Jean-Pierre Besse. – Mémorial GenWeb. — Courriel d’un neveu de Georges Bertholino, décembre 2020.

Annie Pennetier

Version imprimable