Né le 14 janvier 1900 à Mandeure (Doubs), exécuté sommairement le 25 août 1944 à Belfort ; agent de maîtrise ; résistant S.O.E.-Section F-Groupe Buckmaster - Réseau Stockbroker.

Fils de Jules Henri et de Marie Delphine Vandam son épouse, marié le 27 septembre 1924 à Beaucourt (Territoire de Belfort) avec Alice Juliette Montagnon , père d’un garçon prénommé Roger, Léon Schepringue était agent de maîtrise et contrôleur chez Peugeot. Mobilisé en septembre 1939 à la 2e D.E.F. il fut affecté spécial dans la mobilisation industrielle pour la Société des automobiles Peugeot à Sochaux . En 1940, il était domicilié 57 rue Centrale à Montbéliard.
Membre des Services secrets britanniques, il était affilié au réseau Stockbroker sous le commandement d’Harry Rée (1914-1991) qui avait organisé à plusieurs reprises des sabotages dans les usines Peugeot évitant des raids destructeurs par la RAF.
Arrêté à Colombier-Fontaine (Doubs) le 20 juin 1944, il fut passé par les armes avec son fils au Fort-Hartry à Belfort dans un groupe de 24 victimes.
Homologué FFC et interné résistant [dossier SHD Vincennes GR 16 P 539294 (nc)], il obtint la mention Mort pour la France le 28 août 1945. Fait Chevalier de la Légion d’Honneur, il reçut la Croix de guerre et la Médaille de la Résistance à titre posthume.
Son nom est inscrit sur sur la plaque commémorative 1939-1945 au Fort-Hartry et dans le Doubs à Besançon sur le monument de la Libération, à Écot sur le Mémorial du maquis et à Montbéliard sur le monument aux morts.
Sources

SOURCES : Fanny Monin, "Les fusillés dans le département du Doubs de 1941 à 1944", Mémoire de master 1, Université de Franche-Comté, 2009, p. 57. — L’Est républicain du 21 mars 2011, Hommage charnier de Belfort Une Résistance pas oubliée.— MémorialGenWeb. — Notes de Jean-Louis Ponnavoy.— Mémoire des Hommes. — À consulter ultérieurement : Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 539294.

Claude Pennetier, Dominique Tantin

Version imprimable