Né le 27 avril 1924 à Paris XVe arr. (Seine, Paris), exécuté le 21 avril 1944 à Sanilhac (Ardèche) ; marinier ; maquisard Armée secrète (AS).

Fernand COULON
Fernand COULON
Photo : Jean-Claude Vachet, Mémorial GenWeb, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0
Fernand, André Coulon était le fils de Fernand Coulon et d’Andrée Peignier.
Arrêté le 4 avril 1944 à Pont-Saint-Esprit (Gard), Fernand Coulomb, marinier sur le Rhône, réfractaire au Service du travail obligatoire (STO), appartenait au maquis AS Bir Hakeim. Il était descendu dans la bourgade pour retrouver sa fiancée. Il aurait été aperçu par un autre maquisard de Bir Hakeim, Joseph Bozzi, fait prisonnier auparavant par les hommes de la 8e compagnie Brandebourg et sur le point de passer de leur côté. Il fut arrêté au cinéma et incarcéré dans la citadelle qui servait de prison à la 8e compagnie. Il fut exécuté d’une balle dans la nuque le 21 avril suivant avec neuf autres otages extraits de la citadelle de Pont-Saint-Esprit ou de l’hôtel Pottier de Viviers en Ardèche (où sévissaient des éléments de cette unité) en représailles après l’embuscade tendue le 16 avril par le détachement FTP Salomon, à proximité de Sanilhac, qui avait fait cinq morts dans les rangs allemands. Ces représailles avaient été ordonnées par la Kommandantur de Privas. Les dix otages furent exécutés au lieu-dit Les Flancs du Roure, non loin du lieu de l’embuscade.
Il est enterré dans le carré des corps restitués au cimetière communal de Pont-Saint-Esprit.
Son nom figure sur le monument commémoratif aux fusillés à Sanilhac et sur le monument aux morts de Pont-Saint-Esprit.


Voir : Sanilhac (21 avril 1944)
Sources

SOURCE : AVCC, Caen, AC 21 P 438 920 (base DIR morts, nc). — Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 223. — DAVCC, Caen (notes de Thomas Pouty).— Arch. dép. Gard 3 U 7 210 (cour de justice du Gard, dossier Bozzi, témoignage Edgar Chabrol) et 285 (dossier Saladin). — Mémorial GenWeb.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable