Né le 31 janvier 1916 à Longeville-lès-Saint-Avold (Moselle), abattu le 3 juin 1944 à Longeville-lès-Saint-Avold (Moselle) ; cultivateur ; réfractaire à l’enrôlement de force dans la Wehrmacht.

Paul Fougerousse
Paul Fougerousse
Le 3 juin 1944, sur ordre du BdS Anton Dunckern, une vaste opération de police est organisée contre les villages de Longeville-lès-Saint-Avold et Bambiderstroff, considérés comme des foyers d’insoumis et de déserteurs de la Wehrmacht. Environ 1000 hommes (SA, Sipo-SD, RAD, gendarmes, militaires etc.) encerclent les villages sous le commandement d’un état-major de la Gestapo de Metz. La tâche de la troupe est d’encercler la forêt environnante puis de resserrer son dispositif à l’heure « H » vers le centre des deux villages. Pendant ce temps, les éléments de police, en sections de cinq à six hommes doivent investir les localités, procéder aux perquisitions dans les maisons, arrêter les déserteurs et les réfractaires qui s’y trouveraient cachés ainsi qu’au moins un membre de la famille coupable d’aide à l’insoumission. Les Allemands ont déjà ciblé les maisons à fouiller en priorité grâce aux listes établies les semaines précédentes. Entre trois heures et cinq heures du matin, l’action se déroule méthodiquement, rue par rue, maison par maison. Soldats et policiers font irruption dans les habitations qu’ils fouillent de fond en comble à la recherche d’insoumis et d’éléments pouvant incriminés les habitants. Puis, à l’issue de la perquisition, la police arrête les parents, les frères, les sœurs sans distinction d’âge. Vers quatre heures du matin, Auguste Ballèvre, mineur de profession, insoumis au service militaire depuis le 23 janvier 1944, est tué d’une rafale de mitraillette dans le jardin familial alors qu’il essayait de s’enfuir. Le jeune Paul Fougerousse, cultivateur, tente également de s’enfuir alors que son père Jean-Pierre s’efforce de ralentir les soldats. Une sentinelle l’abat d’une rafale de mitraillette, à la hauteur de la ferme Herbette puis achève le mourant d’un coup de baïonnette. A la fin de la journée, le bilan est particulièrement lourd : 101 arrestations et deux exécutions sommaires soit 103 victimes.
Sources

SOURCES : SHD, DAVCC : dossier-statut. — Émile Losson, 3 juin 1944 à Longeville-lès-Saint-Avold. C’était une belle journée d’été et pourtant…, Metz, 1990, 50 p. — Arch. Justice Militaire, Le Blanc : Dossiers de procédure contre Anton Dunckern et Johann Hirschbiegel.

Cédric Neveu

Version imprimable