Né le 3 décembre 1913 à Hayange (Moselle), fusillé le 5 septembre 1944 à Metz (Moselle) ; coiffeur ; résistant.

Le 1er septembre 1944, en pleine débâcle allemande, Robert Wax s’empara avec un ami de deux fusils et de munitions dans un camion allemand abandonné par des soldats fuyant devant l’incursion américaine dans la région. Les deux hommes se promenèrent tout au long de la journée avec ces armes et servirent de guide à une patrouille américaine en direction de Thionville.
Le lendemain, alors que les Allemands revinrent, Robert Wax fut dénoncé par une habitante qui conduisit des soldats de la Wehrmacht à son domicile. Arrêté par la Gestapo de Thionville, il fut interrogé deux jours au siège de la Gestapo puis transféré le 4 septembre au Grand Séminaire de Metz. Le 5 septembre 1944, la cour martiale de Metz (Standgericht), tribunal expéditif prononçant l’acquittement ou la mort, condamna Robert Wax à la peine capitale pour détention illégale d’armes.
Condamné à 11 heures du matin, il fut abattu à 20 heures dans les sous-sols de la prison avec un prisonnier d’origine suisse (Nicolas Hirt) et trois autres détenus (dont un certain Simon).
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, dossier de Mort en déportation. – Arch. Dép. Moselle, 335 W 142 et 285 W 40.

Cédric Neveu

Version imprimable