Né le 29 janvier 1909 à Bischwiller (Bas-Rhin), exécuté sommairement le 20 décembre 1943 au stand de tir de la prison allemande du 92e Régiment d’infanterie à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ; négociant en bestiaux ; victime civile.

Fils de Léopold Picard et de Aline Guthman (ou Gutmann), Paul Picard exerçait le métier de négociant en bestiaux en Alsace. Lors de l’évacuation des habitants d’Alsace Lorraine en 1940, il était arrivé à Celles-sur-Durolle (Puy-de-Dôme) avec ses parents, ses sœurs, et d’autres membres de sa famille. Son père, Léopold Picard décéda à Celles-sur-Durolle le 19 avril 1941. La famille y demeurait encore en août 1941, mais nous ne savons pas quand il quitta cette commune avec sa mère et ses sœurs pour Espirat où ils étaient domiciliés en 1943. Il travaillait dans l’usine de bois du résistant Pierre Pottier à Billom où il fut raflé le 16 décembre 1943 avec 23 autres personnes.
Paul Picard fit partie des vingt patriotes « Morts pour la France » qui ont été fusillés au stand de tir de la prison allemande du 92 e RI, à Clermont-Ferrand, le 20 décembre 1943, après avoir été torturés. Son corps fut retrouvé dans la fosse commune du 92 e RI. Son cercueil portait le numéro 10.
Selon le témoignage du Gestapiste Georges Mathieu, ces exécutions furent ordonnées en guise de représailles à l’attaque de l’Hôtel du Globe par les FTP le 15 décembre 1943 à Clermont-Ferrand, hôtel réquisitionné par les Allemands.
Sa sœur Yvonne (née le 16 juin 1912 à Bischwiller) fut arrêtée le 27 décembre alors qu’elle allait prendre de ses nouvelles et lui apporter un colis, 2 bis avenue de Royat à Chamalières, ignorant que son frère avait été fusillé. Déportée à Auschwitz (arrivée le 10 février 1944) depuis Drancy dans le convoi du 31 janvier 1944, elle survécut aux travaux forcés et revint à Espirat après sa libération.
Le nom de Paul Picard est inscrit sur le monument aux morts de Billom, sur celui d’Espirat, sur la stèle Pottier à Billom, sur la plaque commémorative du stand de tir du 92e RI, et en Alsace à Bischwiller, sur celle du collège (école Erleberg) et sur le monument aux morts israélites de Bischwiller.

Les fusillés de la nuit du 20 au 21 décembre 1943 sont : Pierre Barnier, Roger Bonnet, Gaston Bonniol, Louis Cornuéjouls, René Coudert, Jean-Baptiste Delavet, Bruno Einstein, Lucien Erny, André Jaffeux, Gabriel Lacour,, Jean Laroche, Armand Léoty, Jacques Meunier, Jean Perrain, Paul Picard, François Pradier, Pierre Pottier, Paul Sabatier, Roger Sommevialle et François Vaure.
Sources

SOURCES  : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945 .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 114 : crimes de guerre à Espirat .— Manuel Rispal, Billom 1941-1943, Éditions Authrefois, 2013. — Notes de Jean Darracq.— Mémorial GenWeb. — État civil en ligne cote 4 E 46/58, vue 9. —Mémoire des hommes (pas de dossier).— Notes de Marc Cukier (famille) : Yvonne Picard ne figure pas sur le Livre mémorial de la FMD, 2021.

Annie Pennetier

Version imprimable