Né le 21 février 1924 à Schaerbeek (Belgique), étudiant, résistant, exécuté sommairement par les Allemands au maquis du Banel (Matton-et-Clémency, Ardennes) le 18 juin 1944.

Il venait d’entamer des études à Louvain (Belgique) lorsque la guerre éclata. Avec d’autres jeunes, il partit en France pour fuir l’ennemi, puis rentra chez ses parents à La Hauteur Saint-Jean, écart de Chassepierre (Belgique), où il fut engagé au ravitaillement de la commune. Il profita de sa position pour fournir de fausses cartes d’identité et des bons de ravitaillement à son père Maurice. Ce dernier, gestionnaire forestier au domaine du Banel (commune de Matton-et-Clemency, France), aidait les illégaux à franchir la frontière française sans faire partie du maquis installé au Banel. L’emplacement de sa demeure, isolée en bordure de la route Florenville-Barrière de Chassepierre était un endroit idéal pour les fuyards. André fut dénoncé et se cacha. Les parents Lejeune et leurs autres enfants, craignant les troupes allemandes en déroute après le débarquement, quittèrent leur maison isolée et occupèrent un logement au domaine du Banel où André vint les rejoindre le 17 juin 1944. Malheureusement, le lendemain, les bois du Banel étaient cernés. Les Allemands cherchaient le maquis dirigé par Adelin Husson. André Lejeune chercha à percer les barrages allemands mais il fut arrêté et attaché à un arbre. Puis un sous-officier le délia et lui somma de courir. André Lejeune fut alors abattu de plusieurs rafales de mitraillettes.
Son nom est inscrit sur le Mémorial de Berthaucourt à Charleville-Mézières (Ardennes).
Exécutés du maquis de Banel (Ardennes) le 18 juin 1944
Sources

SOURCES : A. Biazot et P. Lecler, Face à la Gestapo – Du réseau Prosper à la chute du maquis du Banel 1942-1944, éditions Euromédia, Douzy, 2011.

Philippe Lecler, Annette Biazot

Version imprimable