Né le 17 juillet 1922 à Romilly-sur-Seine (Aube), exécuté sommairement le 22 août 1944 au champ de Tir de Creney-près-Troyes (Aube) ; cheminot ; maquisard, résistant du mouvement Combat.

Plaque commémorative de Hubert Prillieux à Creney-près-Troyes
Plaque commémorative de Hubert Prillieux à Creney-près-Troyes
Fils de Louis Prillieux, peintre aux ateliers de la compagnie des chemins de fer de l’Est, et de Philomène Schenten, ménagère, Hubert Prillieux. Célibataire, il était domicilié à Romilly-sur-Seine. Le 4 octobre 1937, il devint apprenti à la Compagnie de l’Est aux ateliers de Romilly ; apprenti ajusteur le 1er mars 1938, i devint ouvrier ajusteur en juillet 1943.
Il rallia la Résistance en 1943, puis bascula dans la clandestinité en mai 1944. Il fut arrêté le 14 juin 1944 à Rigny-la-Nonneuse (Aube) par la Feldgendarmerie et la Wehrmacht. Resté en arrière garde avec le groupe Camuset, afin de protéger le décrochage du maquis de Rigny, il fut capturé puis interné dans la prison de la rue Hennequin à Troyes (Aube). Il fut exécuté avec 48 autres personnes.
Résistant FFI, chargé de mission 3e classe du réseau Combat, Hubert Prillieux a reçu la mention « Mort pour la France » et a été homologué DIR et sous-lieutenant des Forces Françaises Combattantes à titre posthume.


Voir Les Gambes, Champ de tir de Creney-près-Troyes (22 février 1944 et 22 août 1944)
Sources

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen, AVCC, AC 21 P 137102 et Vincennes GR 16 P 491407 (à consulter). — Biographie par Hervé Barthélémy et Thomas Fontaine in Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF Paris, 2017, p. 1221.— Notes de Jean-Pierre Besse. ― Sites Genweb et Mémoire des Hommes. — État civil.

David Aguilar, Jean-Pierre Besse

Version imprimable